Réserve de la biosphère de l’arganeraie : Un nouveau plan en gestation

Réserve de la biosphère de l’arganeraie : Un nouveau plan en gestation

Il développera les orientations et objectifs à moyen et long termes

Depuis 1998 l’arganeraie a été déclarée par l’Unesco première Réserve de la biosphère du Maroc sur une superficie de plus de 2,5 millions d’hectares.

La Direction régionale des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification du sud-ouest d’Agadir vient de lancer un appel d’offres pour la réalisation d’une étude qui a pour objet l’évaluation décennale de la Réserve de la biosphère de l’arganeraie (RBA) 2008-2017 et l’élaboration du nouveau plan d’action de la RBA 2018–2027.

Il s’agit de faire une révision du zonage de la RBA, établir les orientations générales, objectifs, axes d’intervention ainsi que les instances de gouvernance de la RBA, et par la suite arrêter le nouveau plan d’action de la RBA 2018-2027, et qui va inclure un nouveau zonage de la RBA, pour prendre en considération l’évolution des valeurs biologiques et écologiques de la RBA, l’évolution du contexte socio-économique, et l’adéquation avec les normes en vigueur au niveau des RB nationales et internationales.

Ce nouveau plan développera les orientations et objectifs à moyen et long termes en concertation avec les acteurs concernés et en cohérence avec les programmes et plans stratégiques existants. Le plan d’action intègrera les trois fonctions des réserves de biosphère, à savoir la conservation, le développement et l’appui logistique.

Depuis 1998 l’arganeraie a été déclarée par l’Unesco première Réserve de la biosphère du Maroc sur une superficie de plus de 2,5 millions d’hectares. Elle concerne les provinces et préfectures d’Agadir Ida Outanane, Inezgane Ait Melloul, Chtouka Ait Baha, Tiznit, Taroudant, Sidi Ifni et Essaouira.

Le plan cadre de la Réserve de la biosphère de l’arganeraie élaboré en 2002 constitue un outil développé selon une approche multidisciplinaire et participative, qui trace les axes de la stratégie régionale de développement et de la conservation de l’arganeraie dans un cadre partenarial. En 2008, la RBA a connu sa première évaluation décennale et la reconnaissance de la RBA a été maintenue pour          une deuxième décennie.

Dans cette Réserve sont élaborés et mis en application des concepts modèles pour la protection, l’entretien et le développement, et ce en collaboration avec les populations qui vivent sur ces lieux et les gèrent économiquement.

Les éléments de la diversité biologique (écosystèmes, espèces, races, variétés, et génomes) constituent une source importante de richesses économiques contribuant à l’économie nationale et locale.

Les valeurs économiques de la biodiversité peuvent être directes (exploitation directe/gain monétaire), indirecte (ressources générées par une autre ressource), d’option (usage potentiel futur), ou d’existence (valeur subjective et morale pour l’humanité).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *