Responsabilité sociale et environnementale: Les entreprises marocaines s’allient à l’Unicef

Responsabilité sociale et environnementale: Les entreprises marocaines s’allient à l’Unicef

La Confédération générale des entreprises du Maroc a scellé un partenariat avec l’Unicef. La convention conclue entre les deux parties vise à fournir aux entreprises marocaines un cadre et des opportunités pour le développement de leur responsabilité sociale en faveur de l’enfance.

La synergie CGEM – Unicef encourage le patronat à promouvoir les droits de l’enfant dans ses sphères d’influence et surtout à éliminer le travail des enfants dans ses chaînes d’approvisionnement et ses chaînes commerciales.

Cette annonce a été faite en marge des rencontres «Responsabilité et performances» organisées conjointement par la CGEM et l’agence Déclic sous le thème «RSE, performance globale et création de valeur partagée».

La Confédération a longtemps fait de la responsabilité sociale et environnementale son cheval de bataille. Un engagement qui a été réitéré par Miriem Bensalah-Chaqroun.

Dans son mot d’ouverture, la présidente de la CGEM a rappelé les enjeux et les défis des entreprises face à la mondialisation dans un marché de plus en plus concurrentiel et la nécessité pour les entreprises marocaines de se positionner dans ce contexte local et international. Mme Bensalah a, par ailleurs, souligné que la RSE constitue un excellent levier de croissance pérenne et de performance globale pour les entreprises ainsi qu’un puissant pilier de création de valeur partagée avec l’environnement et la société en général. A cet égard, la CGEM a consacré 6 entreprises pour leur responsabilité sociale.

Ainsi, Autoroutes du Maroc, BMCI et Novec ont décroché leur premier Label RSE de la CGEM. En revanche, trois autres entités se sont vues ré-attribuer le label. Citons dans ce sens Eramedic, Logimag et Stroc Industrie. Les rencontres «Responsabilité et performances» ont connu, par ailleurs, la tenue du séminaire de clôture du projet «Alliance Emploi». Ce projet initié par la CGEM et l’association espagnole Casal Dels Infants a été lancé en 2013 à Casablanca et Tanger.

Ce dispositif promeut un modèle de partenariat entre l’entreprise et la société civile pour améliorer l’employabilité et les opportunités d’insertion professionnelle des jeunes descolarisés en risque d’exclusion sociale. Se référant à la CGEM, le projet vise à donner une alternative d’emploi aux jeunes sans qualification et expérience professionnelle.

La Confédération salue par ailleurs l’implication des entreprises nationales confirmant à la fois leur ouverture sur l’environnement social et sociétal ainsi que leur responsabilité en tant qu’acteur créateur de richesse.

Ainsi, 82 jeunes, dont 42% de femmes, ont bénéficié d’une formation initiale et ont été formés au métier de conseiller de vente. Au final, 15 d’entre eux ont complété leur parcours par une formation spécifique au sein d’entreprises marocaines. Et de souligner que la moitié de cet effectif est déjà recrutée.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *