Résultats bancaires au titre de l’année 2011 : Pas d’effets de crise sur les performances du CIH

Résultats bancaires au titre de l’année 2011 : Pas d’effets de crise sur les performances du CIH

Le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) a bouclé l’année 2011 avec des performances «en ligne avec les objectifs stratégiques de la banque». Les résultats annuels présentés par Ahmed Rahou, PDG du CIH, font ressortir une  nette amélioration de ses activités. Au cours de l’année écoulée, le CIH a augmenté son capital de pas moins de 961 MDH. Cette opération, ouverte à tous les actionnaires, a permis à la banque d’augmenter ses fonds propres à 4.043 MDH.  Le CIH a également effectué en 2010 des opérations d’acquisitions de 34% du capital Maroc Leasing et de 46% de celui de Sofac. Le CIH a mis en exploitation 32 nouvelles agences, élargissant ainsi son réseau d’agences à 200.  Pour ce qui est des produits, il y a eu de nouvelles offres aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels et les entreprises. De ce fait, la banque a drainé des ressources qui se sont renforcées de 7,4% sur un an, avec une amélioration des dépôts non rémunérés qui sont passés de 50,9% à 57,6% sur la même période. D’après Ahmed Rahou : «l’année 2011 serait une année de consolidation par excellence pour le CIH». En effet, en consolidé, le résultat brut d’exploitation a gagné 20% par rapport à fin 2010 sous l’effet conjugué de la bonne performance des indicateurs sociaux et de la déconsolidation à fin 2010 des actifs hôteliers, lesquels avaient alourdi, depuis des années, les comptes de la banque. Le résultat net, part du groupe, lui, a progressé de 58,2% à 368 MDH contre 232 MDH une année auparavant.
En matière de crédit, la banque a poursuivi sa politique de diversification. Les crédits immobiliers ont enregistré une hausse de 4,5%. Le total des crédits sains aurait augmenté, lui aussi, de 9,4%. Ainsi, la part des crédits hors immobilier représente 10% des encours à fin 2011. Le recouvrement est un champ stratégique pour cette banque qui a connu en 2011 le dénouement des dossiers importants. Chose qui lui a permis de générer des reprises de provisions de l’ordre de 100 millions DH.
Aussi, au cours de l’exercice 2011, les indicateurs financiers sociaux ont connu une amélioration. Le produit net bancaire à augmenté de 6,2 % quant au résultat brut d’exploitation il a progressé de 13,2% par rapport à 2010.
Quant au coefficient d’exploitation, il s’est amélioré de 2,8 points. S’agissant du résultat d’exploitation, il a augmenté de 54,1% à 549 millions DH, grâce à la baisse de 90,8% du coût du risque qui s’est situé à 12,7 millions DH en 2011 contre 138,4 millions de DH en 2010. A ce titre, le PDG du CIH n’a pas manqué de noter qu’au niveau de la banque, ils vont en 2012, «aller de façon prudente en maintenant le taux de risque tout en renforçant le professionnalisme des équipes».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *