Retour sur images… Week-end à Rabat ! L’empreinte du Temps

Retour sur images… Week-end à Rabat ! L’empreinte du Temps

La cuisine y était paraît il, forte, cinglante, inventive… Le chef français «cerise sur le gâteau» cela semble être désormais la panacée ou la garantie d’une qualité absolue… Bref bardé de telles recommandations, j’avais aiguisé mon meilleur appétit, astiqué mes meilleures lunettes, refusé l’invitation d’amis qui reçoivent en «privé» divinement… j’allais donc voir ce que je devais «voir»!!!
Salon bar au rez-de-chaussée, fauteuils confortables, accès au restaurant par un escalier qui vous mène droit au premier étage… Non sans avoir remarqué avant cette équipée une devanture réfrigérée à usage de présentation des pâtisseries, dans laquelle se battaient en duel exclusif un mille feuilles et une tarte au citron!!!
Carte présentée au bout de 15 bonne minutes… aux dénominations compliquées alambiquées, pour finalement se retrouver en tête à tête avec…
Une salade «César» servie dans une assiette creuse à bord haut, gymnastique garantie! Et approximations réelles dans la réalisation technique de cette entrée simple créée aux USA en 1920… Admettons qu’il y ait des filets de poulet… mais où sont passés les croûtons de pain ailés ? les filets d’anchois? parlons de l’assaisonnement indigent réduit à la plus simple expression d’un trait de vinaigre balsamique! (alors que la sauce de la salade César est à base de jaune d’œuf, moutarde de Dijon, jus de citron, sel poivre, huile d’olive, vinaigre de vin pour faire bon poids, corsée et généreuse!). L’oscar du plat le plus désolant dédié à ce «carré d’agneau découpé nappé d’une sauce fond brun» servi – à point – alors que demandé «rosé» les côtes d’agneau insipides servies avec un curieux biscuit sec de couleur verte pistaché flanqué d’un paillasson de graines de couscous… le tout refusé.
Remplacé par une entrecôte servie «bleue»!!! bonne> 180 dh, accompagnée d’une tomate à la provençale chaude, le fameux paillasson de graines de couscous froid, un gratin de pomme de terre «avec certainement de longues heures de vol»… La note positive tout de même un verre de vin rouge d’origine italienne,
«Valpolicella» excellent…
En gros vous l’aurez compris un établissement qui ne m’a pas laissé une empreinte indélébile … avec ou sans Chef français ! …
Comptez 300/400 Dh pour un repas complet. 

• Pandore

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *