Rétro 2015: sucès et défis du monde économique marocain

Rétro 2015: sucès et défis du monde économique marocain

Registre national agricole: Les agriculteurs bientôt recensés
 

Les innovations se succèdent dans le secteur de l’agriculture. Après les caravanes du Conseil agricole et l’identification du cheptel , le département de l’agriculture achève l’année par une initiative unique en son genre. Un nouvel outil de statistique et d’analyse a été dévoilé fin décembre, permettant une meilleure connaissance du tissu agricole. Il s’agit, en effet, du Registre national de l’agriculture qui sera lancé début 2016. Le dispositif se veut une base de données détaillée sur le secteur agricole et ses acteurs. Il a pour objectifs de protéger et de sécuriser les terres agricoles et de valoriser le métier d’agriculteur. Il se positionne en tant qu’accélérateur pour la modernisation de l’agriculture nationale. Le Registre est également un référentiel de traçabilité et de certification, et servira de support pour la gestion des crises, en l’occurrence la sécheresse, les inondations et les maladies contagieuses du cheptel. Le Registre sera réglementé par un texte qui institue l’obligation d’utilisation du Registre pour tous les programmes et projets de développement agricoles. Sa gouvernance sera assurée par plusieurs organes aux niveaux central, régional et provincial, avec, au premier plan, le comité exécutif présidé par le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime.

Marché financier: La Bourse de Casablanca ouvre (enfin) son capital

Après une longue attente et de multiples négociations, l’ouverture du capital de la Bourse des valeurs de Casablanca a enfin pris forme en 2015. Et c’est Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, qui a présidé la cérémonie de signature du mémorandum d’entente régissant l’opération. Ce document qui acte le schéma d’ouverture de la Bourse a été signé entre l’Etat, le Conseil déontologique des valeurs mobilières, les actuels actionnaires de la Bourse des valeurs (les sociétés de Bourse) et les futurs actionnaires (banques, entreprises d’assurances, la Caisse de dépôt et de gestion et Casablanca Finance City Authority).
Par cette signature, les sociétés de Bourse ne détiendront plus que 20% du capital de la Bourse des valeurs de Casablanca au lieu de 100%, en faveur des banques, entreprises d’assurances, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et Casablanca Finance City Authority (CFCA).
A noter que CDG détiendra 25% du capital de la Bourse en attendant d’en céder 20% à des partenaires internationaux.

Libéralisation des hydrocarbures: Mission accomplie

On peut aisément dire que la libéralisation du marché des hydrocarbures a été l’événement marquant de 2015 ! Et si toutes les actions ont convergé pour gagner le défi de la libéralisation, la transition, dont les préparatifs ont duré presque une année, a nécessité une grande implication et des investissements de la part des professionnels, en termes notamment de systèmes d’information, d’affichage de prix et d’infrastructures. Ainsi, tous les efforts ont été entrepris pour assurer en priorité la sécurité de l’approvisionnement, en amont et en aval, le respect des stocks de sécurité, la modernisation des investissements, la promulgation de nouveaux textes réglementaires et bien entendu, in fine, la satisfaction du consommateur. Ainsi, suite à cette libéralisation du marché, les tarifs sont déterminés en fonction de la loi de l’offre et de la demande et dépendent des cours internationaux et de la fluctuation du dollar. Désormais, le jeu de la concurrence joue le rôle de garde-fou comme dans tous les autres secteurs. De même cette libéralisation a été accompagnée par la généralisation du gasoil 10 ppm sur le territoire national en remplacement du 50 ppm qui devra disparaître progressivement de nos stations-service.

Industrie: Les écosystèmes fleurissent

Les écosystèmes industriels se sont enrichis en 2015 de nouvelles composantes. Outre ceux relatifs à l’automobile, les écosystèmes aéronautiques, poids lourd et carrosserie industrielle ont également vu le jour. Cette première expérience créera, à l’horizon 2020, pas moins de 90.000 nouveaux emplois, mais aussi portera le chiffre d’affaires des exportations du secteur à 120 milliards de dirhams et le taux d’intégration local à 60%. Le développement de l’ensemble de ces écosystèmes permettra, à terme, d’assurer une intégration en profondeur de ces différents secteurs ainsi que le développement de l’expertise locale. Il renforcera également le positionnement du Maroc en tant que destination incontournable des acteurs internationaux.
Rappelons que la création d’écosystèmes s’inscrit dans le cadre du Plan d’accélération industrielle dont l’objectif est de consolider la place de l’industrie via un ensemble de partenariats bénéfiques avec les PME. Ceci se traduira par des contrats de sous-traitance, une mise à niveau de la qualité des produits, ainsi qu’une plus forte capacité d’exportation.

Contribution libératoire: Un franc succès

Le mois de janvier 2015 a été marqué par la réussite de l’opération d’amnistie lancée, une année auparavant, par l’Office des changes. La contribution libératoire a, en effet, connu un franc succès. Ils étaient 19.000 détenteurs de capitaux à avoir déclaré durant la période allant du 31 décembre 2013 à fin décembre 2014.
En une année du lancement de l’opéra­tion, l’Office des changes a collecté près de 27,8 milliards de dirhams d’avoirs et de liquidité détenus à l’étranger.
Ce chiffre se veut un record puisque l’objectif initial de l’opération tournait autour de 5 milliards de dirhams. Sur le total collecté, 8,4 milliards de dirhams relèvent de liquidités financières, 9,5 milliards de dirhams d’actifs immobiliers et 9,8 milliards de dirhams d’ac­tifs financiers. Notons que l’opération revêt un aspect social indéniable. Ainsi, 2,3 milliards de dirhams seront affectés au Fonds d’appui à la cohésion sociale.

Said Zahraoui: Le personnage de l'année

Said Zahraoui est désormais connu de tous. Ce personnage a, en effet, interpellé tous les Marocains pendant deux semaines. Une fois révélée, l’identité mystérieuse n’était autre que celle d’un teasing qui cache derrière le patronyme prémonitoire «Said Zahraoui» une révolution dans le monde des jeux de hasard au Maroc. Said Zahraoui a été créé pour annoncer une refonte profonde de l’identité visuelle du jeu de tirage le plus célèbre au Maroc «LOTO». Said Zahraoui est donc le personnage principal autour duquel la marque vient de bâtir sa nouvelle campagne de communication. Il s’agit donc d’une campagne qui brise les codes classiques mais rappelle le message essentiel de la marque. Ce message est toutefois très clair : Le LOTO peut changer votre vie et vous aider à réaliser tous vos rêves. Et Said Zahraoui est là pour prouver que c’est vrai vu que dans son cas, le LOTO le lui a permis de réaliser même son rêve le plus extravagant, celui de rebaptiser les plus grandes artères marocaines en son nom.

4G: La révolution binaire

Le lancement de la 4G fut l’un des événements phares de 2015. Le OK a été donné, en mars 2015, par le chef de gouvernement révolutionnant ainsi le paysage des télécommunications au niveau national. Les trois opérateurs ont tout fait pour gagner le pari. Sur une échelle de 100, les dossiers de candidatures qu’IAM, Méditel et Inwi avaient déposés auprès de l’Agence nationale de réglementations des télécommunications (ANRT) ont obtenu des scores positifs. A cet effet, Itissalat Al-Maghrib a été noté 81/100, Médi Telecom 80/100 et Wana Corporate 82/100. Les trois soumissionnaires ont ainsi proposé des offres de qualité, avec des engagements d’investissements devant contribuer au développement des infrastructures de télécommunications nationales. Ils sont déclarés attributaires provisoires des trois licences : Itissalat Al-Maghrib avec une contrepartie financière de 1 milliard de dirhams, Médi Telecom avec une contrepartie financière de 500,437 millions de dirhams et Wana Corporate avec une contrepartie financière de 503 millions de dirhams.

Ligne très haute tension: Tiznit et Lâayoune reliées

Depuis le mois d’août, Tiznit est liée électriquement à Laâyoune. L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a mis en service depuis cette date une nouvelle ligne très haute tension d’une longueur de 470 kilomètres reliant ainsi les deux villes des provinces du Sud. Cette nouvelle installation de 1,1 milliard de dirhams  s’inscrit dans le cadre de la Stratégie énergétique marocaine qui repose sur le renforcement des infrastructures de production et de transport de l’électricité, au niveau national, et de celui du raccordement au niveau régional. Cette nouvelle ligne électrique permettra la sécurisation de l’alimentation des provinces sahariennes reliées jusqu’à présent au réseau national en mode d’alimentation antenne. De même, elle permettra à l’ONEE d’améliorer, considérablement, la qualité de service qu’il offre à sa clientèle et plus particulièrement à sa clientèle d’industriels. Ce tronçon fait partie de la ligne de transport d’énergie en structure 400 kV reliant Agadir à Laâyoune. Cependant, il sera exploité en 225 kV, dans un premier temps, en attendant le passage en 400 kV qui sera opéré dès la mise en service des postes 400 kV Agadir, Tan Tan et Laâyoune prévue pour le début de l’année 2016.

Le nouveau visage du port de Casablanca dévoilé

On ne le dira jamais assez, la zone portuaire de Casablanca mérite d’avoir un grand coup de neuf. Une volonté qui s’est concrétisée, en 2015, par le lancement  par SM le Roi Mohammed VI d’importants projets portuaires dans le cadre du programme «Wessal Casablanca-Port». Mobilisant des investissements de l’ordre de 4 milliards de dirhams, ces projets consistent en la construction d’un nouveau chantier naval, l’aménagement d’un port de pêche et le développement d’un terminal de croisières. Autant de réalisations au programme qui, à terme, permettront au port de pêche de participer à l’amélioration de la sécurité et des conditions de vie et de travail des pêcheurs de la ville, à la création d’un environnement meilleur de commercialisation et de valorisation des produits de la mer, à l’organisation du secteur de la pêche artisanale et au développement d’activités connexes. Ainsi, les trois projets permettront, à terme, une restructuration et une réhabilitation globale de la zone portuaire de Casablanca, en mesure de donner un souffle durable au renouveau de la métropole et de répondre aux aspirations légitimes de ses habitants.

Expo Milan 2015: Le Maroc a rayonné…

Grandiose ! Voilà comment a été imaginée et s’est opérée la participation du Maroc à l’Exposition universelle Milano 2015. Cet événement planétaire, abrité par la ville de Milan en Italie s’est tenu du 1er mai au 31 octobre 2015 sous le thème «Nourrir la planète, énergie pour la vie».
Et c’est le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime qui a été chargé d’orchestrer la participation marocaine. Ainsi, riche de son expérience dans le cadre du Plan Maroc Vert et de ses avancées dans le cadre du développement de l’agriculture et la réalisation de la sécurité alimentaire, le Royaume a eu l’occasion de faire valoir son savoir-faire, sa biodiversité, ses terroirs, son héritage culinaire ainsi que son expérience dans les domaines de la préservation des territoires et des ressources hydriques. Aussi, le thème qu’a choisi le Maroc pour son pavillon (un voyage de saveurs) s’est articulé autour de l’axe des découvertes sensorielles et une gastronomie riche et réputée.
Il a donc invité à la découverte du pays à travers les sens, la diversité et la richesse de ses paysages. Une fois la porte du pavillon franchie, le visiteur passait d’une région à l’autre, du nord au sud, en découvrant les différents terroirs et les enjeux agronomiques inhérents à chaque région.

Un Morocco Mall adjugé pour Rabat

En cette année 2015, le Groupe Aksal a annoncé son intention de réitérer l’expérience du Morocco Mall à Rabat. Et pour concrétiser son ambition, le leader de Malls et du retail au Maroc a signé avec Wessal Capital un protocole d’accord pour le développement d’un partenariat visant la construction d’un Shopping Mall dans le cadre du projet «Wessal Bouregreg». Ce projet sera réalisé à travers la création d’une joint-venture dont le capital sera détenu conjointement par Wessal Capital, qui regroupe pour la première fois 5 fonds souverains (dont le Maroc et les pays du Golfe), et le Groupe Aksal. Aussi, tout comme pour le Morocco Mall, c’est l’architecte Davide Padoa qui se chargera de la conception du futur Mall de Rabat. Il a donc concocté pour la capitale  un projet articulé autour de séquences intérieures et extérieures, maximisant la fluidité et renforçant le sentiment d’une infiltration progressive de l’organicité du site vers le cœur de la ville. Autant dire que ce sera grandiose !

Parc Sindibad: Le retour…

Le moins que l’on puisse dire est qu’il était très attendu. Après avoir tenu les Casablancais en haleine depuis l’installation des premières clôtures de chantier, le fameux Parc Sindibad a dévoilé son nouveau visage en cette année 2015.
Les Casablancais ont donc pu découvrir ce qu’est devenu leur légendaire Parc. Réalisé en partenariat avec la compagnie des Alpes, leader du secteur des loisirs, le nouveau parc d’attractions Sindibad propose une panoplie d’espaces différents : un espace dédié aux loisirs, un parc entièrement consacré aux animaux, un parc écologique mais aussi des boutiques souvenirs, des restaurants et des kiosques à sandwiches. Ainsi, au total, 22 attractions meublent le nouveau monde de Sindibad.
De même, le parc animalier propose plusieurs espèces provenant des quatre coins du monde.
Une occasion pour le public d’observer de près ces espèces épanouies dans des enclos semblables à leurs environnements naturels.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *