Rick’s café : Renaissance d’un mythe

Rick’s café : Renaissance d’un mythe

Situé sur le boulevard de Sour Jdid en pleine médina de Casablanca, le Rick’s Café renaît de ses cendres. Ce nom qui a longtemps figuré sur les annales de l’histoire du cinéma américain refait, surface.
Aujourd’hui le Rick’s café existe bel et bien et se situe pas loin du port de Casablanca, en ancienne médina. Un site qui a enchanté Kathy Kriger, la propriétaire du lieu. «Dés qu’on m’a proposé cet endroit, j’ai su immédiatement que c’était un lieu idéal, je n’ai pas hésité une seconde». Le Rick’s café était une ancienne maison traditionnelle. Cette maison a été rénovée et restauré par l’architecte Hakim Benjelloun. Pour ce qui est du design intérieur, Mme Kriger à été conseillée par l’architecte américain, Bill Willis. Ils ont tenté de se remémorer le même décor que celui que tout le monde a eu l’occasion d’apprécier tout au long du film «Casablanca». Un décor sobre, mythique, mais surtout original. En effet, le design intérieur présente un aspect moderne tout en gardant sa touche originale, avec les arcades et l’ambiance très méditerranéenne. Le cachet Rick’s café est là, mais ce la n’empêche pas d’y ajouter un brin d’originalité.
La tâche de construction du Rick’s café n’a pas été des plus faciles, étant donné que cela nécessitait un permis de construire de la willaya de Casablanca, ainsi que les licences d’alcool etc. Toutes ces procédures ont retardé l’ouverture du restaurant qui était en effet prévue pour le 29 février 2004. Cette date aurait coïncidé avec la soirée de la remise des oscars de l’Academy Awards. Mais malheureusement, le Rik’s n’a pu être inauguré que le lendemain, c’est-à-dire le 1er mars 2004. Ce n’est pas tellement grave, étant donné que l’important, c’est que sa création a eu lieu. En tant qu’ancienne attachée commerciale auprès du consulat américain à Casablanca, Kathy Kriger a décidé de prolonger sa résidence au Maroc tout en réalisant un projet qui lui plaît. Pour mener à bien cette initiative, Mme Kriger a dû faire appel à des investisseurs, toutes nationalités confondues. Ainsi 42 entrepreneurs se sont investis dans ce projet, 32 sont des étrangers et 10 sont marocains. Une fois que le budget a été rassemblé, les constructions ont été lançées le 1er mars 2003, pour s’achever, un an après, le 1er mars 2004.
Dés lors, les clients affluent en grand nombre au Rik’s café pour sentir cette ambiance des années 50, avec une musique interprétée par le pianiste marocain Issam Chabâa. Le répertoire qui se joue ressemble beaucoup à celui du film Casablanca. En effet, c’est une manière de faire revivre les moments les plus magiques du film rendu célèbre grâce à la prestation d’Humphrey Bogart et d’Ingrid Bergman. En dinant au Rick’s café, les clients ont l’impression de revivre et de ressentir les instants du succés hollywoodien «Casablanca». «Il y’a l’ esprit Casablanca que les gens apprécient» déclare Kathy Kriger. Le Rick’s café a pu donc acquérir une renommée aussi bonne que celle du film. Ainsi, la clientèle du café-restaurant est nombreuse et diversifiée, on retrouve des Français, des Américains, des Allemands, des Japonais, ainsi que des Marocains. « Ces derniers temps, la majorité des clients sont marocains», délare la propriétaire du Rick’s qui n’hésite pas ajouter que la gestion du lieu fonctionne bien et qu’elle envisagerait peut-être, dans l’avenir, d’agrandir le lieu et de construire un hôtel pour augmenter le succés du Rick’s.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *