Robinson Plage Tanger rénové

Le message que les propriétaires de l’hôtel tangérois Robinson Plage veulent véhiculer est celui d’un Phenix qui renaît de ses cendres ou encore de la Belle au bois dormant. Construit il y a trente-deux ans, le Robinson Plage fait l’objet depuis environ deux mois d’une série de rénovations.
Aujourd’hui, il est fin prêt. Occupant une superficie de 3 hectares et demi, l’hôtel est construit selon le modèle architectural qui joint la culture européenne à la marocaine. Et c’est, pour les plus curieux, l’architecte connu dans le milieu tangérois, Guesquieres, qui en a assuré la réalisation. L’établissement est constitué de onze bungalows, lesquels sont répartis en trois résidences représentant chacune des caractéristiques distinctes. L’Atlantique, construit en façade de mer, incorpore quarante chambres à deux lits ou quatre lits, avec terrasses privatives, une suite avec grande terrasse en première ligne sur la plage et autres constructions annexes.
Le Sahara est situé, contrairement à l’Atlantique en milieu du parc. La Kasbah incarne quant à elle, l’esprit d’un village andalou replié au centre d’un parc arboré. Parmi les nouveautés qui orneront toutes ces constructions , une boutique d’antiquités qui ouvrira ses portes prochainement, des expositions de peinture marocaine programmées incessamment et un estival des arts au menu puisant son idée de l’estival des arts de l’Amphitrite ayant lieu de 1985 à 1990. La rénovation n’a donc pas été que matérielle. Selon le gérant de l’hôtel, la transformation a été très loin de l’esprit «tape à l’oeil». Il a par ailleurs été procédé au changement des draps, matelas, sommiers. Les travaux ont en outre porté sur l’électricité aussi bien en interne qu’en visible. Le parc a été repris en main, la plage réhabilitée et la restauration retouchée. A ce niveau, il a été fait appel à un nouveau chef cuisiner de nationalité française.
Ce dernier a à son actif une expérience probante dans le domaine puisqu’il a assuré, entre autres, le lancement du groupe Hippopotamus de Casablanca et travaillé au sein de Comptoir Paris Marrakech de la ville rouge.
Côté financier, les gérants de l’hôtel s’abstiennent de donner la moindre information sur le coût de l’opération. «Ce qui importe, c’est le résultat», indique-t-on. L’emplacement de l’hôtel Robinson ne manque pas de faire partie des points forts de l’établissement. L’hôtel étant proximité des grottes d’Hercule et donnant sur la mer, les propriétaires de Robinson Plage sont convaincus qu’il ne manque pas d’atouts pour charmer. Les tarifs pratiqués constituent à leur tour un élément de persuasion de taille.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *