Route dégagée

Conformément aux recommandations du CDVM (Conseil déontologique des valeurs mobilières), le groupe Auto Hall s’est livré à l’exercice de la présentation de ses résultats financiers relatifs aux six premiers mois de l’année 2004. Un semestre plutôt positif si l’on s’en tient aux chiffres atteints et publiées dans le dossier de presse.
A fin juin 2004, le chiffre d’affaires global du groupe a, en effet, atteint les 425.111 millions de DH, soit une évolution de 11,75% par rapport à la même période en 2003. Le résultat d’exploitation, lui, s’est élevé à 71.024 millions de DH (+ 3,49%), tandis que le résultat financier est passé de 1.867 (en 2003) à 20.650 millions de DH ! Un bond qui s’explique par le versement de 20 millions de DH comme dividende de la part de la filiale SNGU.
Ces résultats satisfaisants, Auto-Hall les doit à la progression de ses ventes, tant sur le marché des voitures particulières (VP) que ceux des VUL (véhicules utilitaires légers) et des camions. Ainsi, du côté des VP, les ventes cumulées des voitures Ford et Mitsubishi ont atteint 596 unités (contre 493 au premier semestre 2003) soit une progression de 2%, qui permet au groupe de détenir 2,8% de part du marché marocain, dont le volume global était à fin juin de 21.179 véhicules. Plus forte, l’évolution des ventes de véhicules utilitaires a été de 72% ( 552 unités en 2004, contre 321 en 2003), et ce, au moment où le marché global accusait un repli de – 24%. Marché dans lequel Auto-Hall détient désormais la part de 10,3%. Par ailleurs, le segment des tracteurs et autres engins agricoles, dans lequel le groupe est présent avec la marque New Holland, les ventes se sont fixées à 160 unités, soit une progression de 13 et 28% de part de marché, alors que ce dernier n’a évolué au Maroc que de 12% avec un total de 570 tracteurs écoulés (toujours à fin juin 2004). Il y a certes une bonne conjoncture agricole qui pourrait justifier cela, mais telle ne serait pas l’unique explication. En effet, Auto-Hall semble progressivement récolter les fruits de son réseau. Rappelons à cet égard l’ouverture de la nouvelle succursale de Tanger en 2003, puis celle de Marrakech en début d’année et tout récemment (en juillet dernier) celle d’Oujda. Mais cette politique de renouvellement de succursales trouve surtout son fondement dans un souci de proximité, une volonté qui s’accompagne de celle d’offrir un service après-vente (SAV) de qualité. D’où la mise en place, dès juillet 2004 et en étroite collaboration avec l’OFPPT, d’un programme de formation de 64 techniciens SAV qui trouveront des débouchés d’emplois au sein du groupe. La gamme de produits a également eu sa part du neuf en 2004 avec la commercialisation d’un nouveau camion Fuso (de 17,5 tonnes en PTC), et le lancement de la Ford Fiesta et de la Mitsubishi Lancer.
Aussi positive par ses résultats, la gestion du groupe est toutefois jugée conservatrice, voire frileuse, par certains analystes financiers, qui estiment que l’excédent de la trésorerie (environ 190 millions de DH) gagnerait beaucoup à être redéployé. En effet, avec de tels liquidités sommeillant dans la tirelire, un groupe aussi pesant pourrait aisément affronter la concurrence par une politique tarifaire plus agressive et l’importation de nouveaux modèles telle que la récente Mitsubishi Colt ou encore l’un des monospaces compacts les plus vendus d’Europe actuellement, le Ford Focus C-Max. Il y va de la réalisation de plus gros volume pour la première et de véhiculer une image plus moderne et plus valorisante pour le second. Autrement dit, Auto- Hall a les moyens de ses ambitions et particulièrement d’accroître fortement sa part dans le marché de l’automobile particulière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *