Salon Sidattes 2015: Clôture en apothéose et affluence record

Salon Sidattes 2015: Clôture en apothéose et affluence record

La sixième édition du Salon international des dattes, qui s’est clôturée dimanche soir à Erfoud, a dépassé les attentes. Avec une affluence sans précédent, la barre a été placée très haut pour les futures éditions. Et pour cause, selon les déclarations de Kamal Hidan, commissaire du Salon,  «l’affluence a dépassé l’ensemble des objectifs préfixés, avec pas moins de 75.000 visiteurs qui ont sillonné les différents stands de la manifestation contre un objectif initial de 70.000». Et ce n’est pas tout: «La quantité des dattes vendues a même été doublée comparativement à l’édition précédente en atteignant 200 tonnes, tandis que le nombre des exposants s’est élevé à 238 contre seulement 220 prévus».

En plus de l’affluence et du chiffre d’affaires, la manifestation aura également été qualitativement marquée par une participation massive aux différents ateliers organisés. Ces derniers y ont vu défiler l’intervention d’experts et chercheurs nationaux et d’autres en provenance des quatre coins du monde. Une sorte de grand-messe internationale en somme pour la filière phoenicicole. «Le Sidattes constitue désormais un rendez-vous international incontournable qui accorde une attention particulière aux avancées de la culture du palmier dattier et traite des différents défis du secteur», ne manque pas d’ajouter Hidan. Il faut dire que le secteur agit comme un véritable moteur de développement pour la région.

Le palmier dattier représente d’ailleurs près de 90% de la superficie de la région, mais aussi de la production nationale. Pour le président de l’association du Salon international des dattes (SID), Bachir Saoud, «cette 6ème édition du Sidattes 2015 rentre dans la droite lignée de l’objectif principal du Plan Maroc Vert et du Salon concernant la filière des palmiers dattiers». Saoud a d’ailleurs rappelé à quel point il conviendrait de renforcer sa présence à l’international, en persévérant sur l’ensemble des projets et programmes entamés, tout en accélérant la réalisation des différentes infrastructures. Dans ce sens, plusieurs actions sont initiées par l’Agence pour le développement agricole (ADA).

Pour Saoud, il est plus que jamais temps de «rendre cette activité  oasienne très attractive pour les jeunes de manière à ce qu’ils assurent la relève, d’autant plus qu’il s’agit de l’une des activités les plus rémunératrices pour le secteur agricole».

Rappelons que cette sixième édition a notamment porté sur les caractéristiques nutritionnelles des dattes et leur valorisation. Elle a été organisée par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, en collaboration avec l’Association du Salon international des dattes du Maroc (ASIDMA). Elle a réuni plusieurs chalands et curieux qui ont arpenté les dédales du Salon. Cette année, l’événement a couvert une superficie de 40.000 m² dont 10 000 m² aménagés en stands.

Ce ne sont pas moins de 250 exposants qui sont venus des différentes régions du Royaume et de 15 pays étrangers en plus du Maroc (Libye, Bahreïn, Algérie, Egypte, Emirats arabes unis, Mauritanie, Jordanie, Irak, Tunisie, Arabie Saoudite, Soudan, Yemen, Koweït, Oman et Qatar). Notons enfin que la filière phoenicicole contribue à hauteur de 40 à 60% dans la formation du revenu agricole de plus de 1,5 million d’habitants, en assurant au Maroc une production moyenne de l’ordre de 108.000 tonnes de dattes par an.

Le Plan Maroc Vert dope la filière phoenicicole

Objectifs atteints et dépassés chaque année, retombées économiques désormais quantifiables, performances en augmentation… il semblerait que le Plan Maroc Vert continue sur un bon trend pour le secteur agricole. En témoigne d’ailleurs la filière phoenicicole qui n’en finit pas de susciter un intérêt grandissant pour nombre d’agriculteurs et d’industriels.

Les organisateurs du Salon international des dattes (Sidattes 2015), qui en est déjà à sa 6ème édition, se frottent les mains quant à l’impact positif qu’a généré l’événement pour toute une région. Pour Abdelghani Alioui, chef de service de la production agricole à l’Office régional de mise en valeur agricole du Tafilalet, «les retombées économiques de cet évènement annuel commencent à se manifester».

Des retombées touts azimuts, car «outre la promotion des dattes marocaines, qui constituent le premier secteur d’activité pour la population locale, le Salon a déclenché une vraie dynamique touristique au niveau de la région», ajoute Alioui. «Durant toute la période qu’a durée le Salon, voire même avant, toutes les structures hôtelières ont été quasiment pleines». Alioui a également fait savoir qu’une bonne qualité de la production est tributaire d’une exploitation moderne qui fait recours à de nouvelles techniques de conditionnement, d’approvisionnement et de conservation.

«Les professionnels commencent déjà à réfléchir aux moyens d’améliorer les conditions de valorisation, de stockage et de conditionnement des dattes», a-t-il indiqué, tout en notant qu’une meilleure qualité passe impérativement par la reconstitution des palmeraies traditionnelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *