SAR la Princesse Lalla Hasnaa au 9e Congrès mondial de l’éducation à l’environnement

SAR la Princesse Lalla Hasnaa au 9e Congrès mondial de l’éducation à l’environnement

La Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement s’insère depuis 2001 dans la stratégie nationale de développement durable à l’horizon 2030, avec ses programmes pilotes de propreté des plages, de qualité de l’air, de réhabilitation de jardins historiques…

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, a pris part, samedi à Vancouver, en tant qu’invitée d’honneur, à la cérémonie d’ouverture de la 9ème édition du Congrès mondial de l’éducation à l’environnement (WEEC 2017), qui se tient jusqu’au 15 septembre sous le thème : «Culture et environnement : tisser de nouveaux liens».

A cette occasion, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a prononcé un discours dans lequel elle a mis l’accent sur l’objectif des programmes de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, qui est de contribuer à «apprendre ou réapprendre les gestes essentiels pour économiser les ressources, préserver la nature, protéger la biodiversité, ou encore développer la solidarité» et une culture de l’environnement. Elle rejoint en ce sens le thème de la 9ème édition du WEEC.
SAR la Princesse Lalla Hasnaa a également rappelé l’engagement actif et irréversible pour l’environnement du Maroc, hôte de la COP22 à Marrakech, et son soutien aux pays les plus vulnérables au réchauffement climatique, notamment l’Afrique et les pays petits insulaires. «Mon pays, le Maroc, terre millénaire de coexistence et de dialogue, reste engagé, à l’avant-garde d’une telle démarche de solidarité internationale», a déclaré Son Altesse Royale.
La Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement s’insère depuis 2001 dans la stratégie nationale de développement durable à l’horizon 2030, avec ses programmes pilotes de propreté des plages, de qualité de l’air, de réhabilitation de jardins historiques, etc. qui permettent un inlassable travail d’éducation au développement durable et de diffusion d’une culture de l’environnement, particulièrement auprès des plus jeunes. Le succès de ces programmes qui mêlent action concrète et sensibilisation, repose sur la mobilisation et le travail en commun, sous la coordination décisive de la Fondation, de partenaires venus d’horizons les plus divers : administrations, entreprises, associations, universités…

La cérémonie d’ouverture du WEEC 2017 a été notamment ponctuée par des mots d’introduction de Dr. David Zandvliet et de Mario Salomone, organisateurs du Congrès, dans lesquels ils ont insisté sur l’importance de l’éducation à l’environnement à partir de l’école pour bâtir une société meilleure sur le plan écologique.
Ils ont aussi relevé l’impact des changements climatiques sur la vie des gens, d’où l’impératif d’adopter des politiques intégrées où les citoyens sont eux-mêmes des acteurs de changement, tout en mettant l’accent sur la collaboration entre les différents intervenants et le rôle qu’ils doivent jouer pour promouvoir les principes des valeurs écologiques et assurer un meilleur équilibre entre croissance économique et protection de l’environnement.
Organisée par l’Institut pour l’apprentissage de l’environnement en Colombie britannique, en collaboration avec le secrétariat permanent du WEEC, cette 9ème édition se veut une conférence de mobilisation culturelle et environnementale, puisque le thème choisi cette année met l’accent sur la nature multidisciplinaire de l’éducation à l’environnement et sur le développement d’une vision où la culture et l’environnement peuvent être inséparables et mutuellement génératifs et possiblement se soutenir l’un l’autre.

Aïmen Bouzoggaghe (avec MAP)
(Journaliste stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *