Schlotzsky’s Deli fait un flop

Schlotzsky’s Deli vient de déclarer forfait. Depuis une vingtaine de jours, ce restaurant qui, au moment de sa construction espérait faire de la concurrence à Mc Donald’s, son voisin de la Corniche n’est plus en mesure de servir ses habitués. Il a même fait savoir aux autorités concernées qu’il ne peut plus tenir le coup. En choisissant un emplacement avec vue sur mer, en diversifiant sa carte, en construisant une terrasse de la même superficie que celle de son voisin d’en face et une aire de jeux réservéé aux enfants, le meneur du projet avait la pleine conviction de réussir son coup. C’est ce qu’il déclarait à la presse au démarrage de l’affaire en septembre 2000.
Une année après, c’est un autre discours qui se tient. L’enthousiasme a cédé la place au désarroi.
Aujourd’hui, le dossier de Schlotzsky’s Deli est entre les mains des experts du tribunal de commerce de Casablanca qui doivent rendre leur copie dans les quinze jours qui viennent. « La procédure d’étude d’une éventuelle opération de redressement judiciaire est en cours», explique l’un des chargés du dossier au tribunal de commerce.
Le dossier de demande d’un redressement judiciaire a été déposé au tribunal par le biais de l’avocat du gérant. « L’affaire ne pouvait pas marcher dans la mesure où le gérant dépassait la limite de ses capacités financières. Les créances qu’il doit rembourser sont énormes et il n’en a pas les moyens », explique-t-on au tribunal.
La question qu’ils se posent est de savoir si la situation actuelle est due à une mauvaise gestion menée expressément par le gérant ou tout bonnement à un retournement du marché. Bonne ou mauvaise foi ? Telle est l’interpellation qui les hante. Selon des sources proches du gérant, Saad Iraki pour ne pas le nommer, il serait actuellement en voyage au Canada. Il n’a répondu à aucune des convocations qui lui ont été adressées par le tribunal de commerce.
Cet état des lieux peut-il laisser croire que la mauvaise foi est de mise ? Ils se refusent de faire le moindre commentaire.
Le cas du Schlotzsky’s Deli n’est pas singulier. Au moment où l’alimentation industrielle s’internationalise, où de nouvelles opportunités s’ouvrent et où de nouveaux clients s’y intéressent, beaucoup d’enseignes déclarent être dans la difficulté d’assurer leurs arriérés. Plusieurs franchises spécialisées dans la pizzeria, pour ne prendre qu’elles en exemple, se penchent sur à l’éventualité de se retirer du marché national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *