Sécurité alimentaire des pays arides: Global Dryland Alliance s’invite à Marrakech

Sécurité alimentaire des pays arides: Global Dryland Alliance s’invite à Marrakech

C’est en répondant à ces urgences que le Qatar a initié une stratégie globale visant à contribuer à la stabilité et la sécurité alimentaires des pays arides. Après le SIAM, l’initiative Qatarie «Global Dryland Alliance» s’invite à Marrakech. Une conférence ministérielle démarre, ce vendredi, à la ville ocre marquant ainsi une nouvelle étape dans la concrétisation de l’initiative.

Le Choix du Maroc est conforté par l’orientation prometteuse du Royaume à bâtir un système agricole performant, levier de croissance et créateur de richesse. L’efficience du Plan Maroc Vert témoigne de la pertinence des efforts consentis en la matière, notamment dans le domaine de l’agriculture durable et de sécurité alimentaire. Selon les organisateurs,  la conférence ministérielle de Marrakech ouvrira le débat sur le document constitutif de l’Alliance. L’événement se veut une occasion de mener une réflexion  sur les défis auxquels font face les habitants des zones arides.
L’Afrique est la région la plus concernée par cette initiative. 45% des terres du continent sont arides. Les participants débattront, également, des mécanismes de financement innovant proposés par la Global Dryland Alliance.
Pour rappel, la Global Dryland Alliance œuvre au rapprochement entre les pays arides et ceux qui veulent contribuer à leur développement à travers l’accompagnement des organismes locaux, régionaux et internationaux dans leurs projets de développement durable. Plus de 20 pays ont manifesté, à ce jour, leur intérêt à rejoindre l’Alliance. Il s’agit des pays issus du Conseil de coopération du Golfe, du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, de l’Asie et de l’Amérique latine. L’initiative porte sur l’amélioration des politiques relatives à la sécurité alimentaire, à la prévention contre les crises alimentaires, le développement de solutions innovantes pour l’amélioration de la production alimentaire ainsi que le partage des bonnes pratiques. L’Alliance interviendra également sur des problématiques relatives aux infrastructures de stockage, l’énergie, au transport, au financement, la science et la technologie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *