Sécurité alimentaire : Le Maroc bon élève

Sécurité alimentaire : Le Maroc bon élève

Le Royaume en avance dans la recherche scientifique

Sur 109 pays la croissance annuelle moyenne du Maroc en matière de production agricole le classe dans le top 50. Ainsi cet indice prend en considération la productivité globale des terres et le travail agricole.

L’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPI) a dévoilé son rapport 2016 sur la politique alimentaire mondiale. Ledit rapport accorde au Maroc une bonne place en matière de sécurité alimentaire. Les principaux critères de ce rapport 2016 se fondent sur la productivité agricole, la recherche scientifique en matière agricole et les taxes sur les importations des produits alimentaires. En prélude de ce document, le rapport rappelle que l’année 2015 a connu l’addition d’un nouveau consensus sur les Objectifs pour le développement durable qui inclut le système alimentaire mondial. Sur 109 pays la croissance annuelle moyenne du Maroc en matière de production agricole le classe dans le top 50. Ainsi cet indice prend en considération la productivité globale des terres et le travail agricole. Il ressort également dans le rapport que le Maroc fait partie des pays les mieux préservés en matière de sécurité alimentaire. En matière de productivité agricole par hectare, le Maroc est en effet passé, en l’espace de 13 ans, de 167 dollars en 1990 à 320 dollars en 2013. Quant à la productivité du travail par personne, elle atteint 3.345 dollars en 2013 contre 1.557 dollars en 1990. Le rapport souligne qu’entre 2008 et 2011, l’IPI a identifié de nouvelles opportunités de marché, qu’il a qualifiées «d’élevées». Celles-ci sont liées aux changements climatiques et à la mitigation.

Les bons scores du Maroc continuent notamment sur la recherche scientifique dans le domaine de l’agriculture. Pour ce qui est des dépenses liées à la recherche en la matière, l’institut dévoile un chiffre de 442,3 millions de dollars pour 2011. Concernant la taxation sur les produits alimentaires importés, le pays est en bonne place indiquant, à ce titre, que le pays n’impose pas une taxation lourde.

Créé en 1975, l’institut est présent dans 60 pays. Il a pour principale mission d’établir des études sur la politique et les solutions apportées dans le domaine du développement durable. Les recherches de l’IFPI se concentrent essentiellement sur la production alimentaire durable, la promotion d’un système alimentaire sain, l’amélioration du marché et de la commercialisation des produits alimentaires, la transformation de l’agriculture, le renforcement des institutions et de la gouvernance, et l’exploration entre autres des causes et de l’impact de l’environnement sur la sécurité alimentaire, et la santé.

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *