Selon les analystes de BMCE Capital Bourse : Lesieur Cristal, une valeur à conserver

Les investisseurs sur le marché boursier auraient tout intérêt à «conserver» la valeur Lesieur Cristal dans leurs portefeuilles. C’est du moins ce que conseillent les analystes de BMCE Capital qui ont brossé l’analyse de cette valeur à l’occasion de la publication de leur analyse trimestrielle du marché. Sous le coup d’ une conjoncture «corsée», marquée spécialement par la montée en flèche des cours des huiles et des graines oléagineuses, l’instauration d’exonérations en matière de droits de douane et de TVA sur les importations de tourteaux de colza et de tournesol, sans oublier la faiblesse de la campagne nationale 2006-2007 d’huile d’olive, la filiale Huile et Corps Gras du holding ONA n’a pas eu une année 2007 des plus faciles.  Néanmoins, cette entreprise a quand même pu solder l’année 2007 sur une note satisfaisante, en raison d’«agrégats en nette amélioration», indique la note de BMCE Capital. Par ailleurs, la même source rappelle que si le chiffre d’affaires de la filiale de l’ONA a affiché une progression de 3% pour atteindre 3,694 milliards de dirhams, le résultat d’exploitation, lui, a littéralement bondi de 102% à 171 millions de dirhams, ajoutant que cette performance traduit «le rétablissement partiel des marges opératoires notamment suite à la fin de la guerre commerciale ayant opposé la société à Savola Morocco».
Autre élément. Lesieur Cristal, intégrant un résultat non courant déficitaire de -5 millions de dirhams, verra sa capacité bénéficiaire se bonifier de 89% à 132 millions de dirhams, et donc, sa marge nette atteindre 3,6% au lieu de 1,9% auparavant. En outre, et bien que la société n’ait pas encore procédé à la publication de ses chiffres de l’exercice 2007, les analystes indiquent que «le conseil d’administration de la société envisage de mettre en paiement un dividende unitaire de MAD 47, traduisant un pay-out de près de 100% ».
 Sur le volet des prévisions, les analystes indiquent tout de même que l’année 2008 ne sera pas plus aisée, puisque les prix des matières premières continueront sur leur lancée. Ils citent également «l’exacerbation de la concurrence sur les tourteaux, en raison du démantèlement douanier (7,5% contre 10% en 2007) favorisant les importations, la reconduction des exonérations des tourteaux de tournesol et de colza et une modeste campagne nationale 2007-2008».
Par ailleurs, «la tension prévalant actuellement sur le marché international des matières premières et la difficulté de répercussion totale de cette hausse sur les prix de vente en raison du caractère social de l’huile de table, pourrait compromettre un retour rapide au niveau de profitabilité d’avant 2006, d’autant plus que l’Etat marocain aurait décidé de plafonner la marge de cette industrie à 7%», signale-t-on.  BMCE Capital s’attend, de plus, à ce que le chiffre d’affaires de la société, en 2008, progresse de 13% à 4,360 milliards de dirhams, et RNPG de 152,8 millions de dirhams.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *