Sentissi sauve son « Temps Vert »

Sentissi sauve son « Temps Vert »

Driss Sentissi a finalement eu gain de cause, dans le cadre du bras de fer avec la société d’Aménagement de la vallée du Bouregreg (SABR), filiale de la CDG. Les négociations entre les deux parties ont abouti à la signature, la semaine dernière d’un important accord. Le sort du complexe touristique " Temps Vert", un projet en cours de finalisation, où Sentissi n’est qu’un actionnaire, est maintenant scellé. Situé dans un site d’une rare beauté, "Temps Vert" aspire à jouer un rôle central en matière touristique et de divertissement dans la ville de Salé. Il est composé d’un hôtel 4 étoiles, autorisé par le ministère du Tourisme (90 chambres, 24 suites, magasins, salle polyvalente, court de tennis, deux piscines dont une couverte et chauffée…), plusieurs restaurants et cafés, un night-club…
En fait, l’intérêt de cette convention est double pour Driss Sentissi, maire de la ville de Salé, mais qui agit dans cette affaire en sa qualité d’homme d’affaires.
Tout d’abord, le projet "Temps Vert" ne sera pas démoli, sous prétexte de son "inadéquation" avec le plan d’aménagement mis en place avec SABR Aménagement. A cet effet, le contrat signé par Driss Sentissi, Mustapha Bakkouri, président du Conseil d’administration de SABR, Lamghari Essaki, DG de SABR et Saïd Zerrou, directeur de l’aménagement de la même société, est clair. Il stipule que la société Temps Vert "continuera à exploiter le complexe touristique qu’elle a édifié sur la plage de Salé, dans le respect des lois en vigueur et ce, jusqu’à la conclusion d’un accord final". C’est justement le lundi 21 mars qui a été choisi comme date butoir pour que les deux parties décident du destin du projet. Plusieurs options sont maintenant possibles. "Dans ce cas, la société sera vendue à SABR Aménagement avec son passif et son actif", souligne Sentissi. Il se pourrait également que SABR Aménagement ne fasse pas valoir ce droit. A ce moment-là, Sentissi pourrait faire appel à un groupe de renommée internationale pour la gestion du "Temps Vert". Sentissi a déjà pris attache avec de prestigieux groupes comme Sheraton, Hilton, Mövenpick, Accord et Choice. En tout cas, si Sentissi est appelé à gérer le "Temps Vert", il ne compte pas gérer l’activité "alcool", et procèdera donc à sa cession conformément à l’article 20 du cahier des charges approuvé par le ministère de l’intérieur et qui concerne la réalisation du projet.
Deuxièmement satisfaction pour Sentissi: "la CDG a reconnu que le projet "Temps Vert" a été réalisé en total respect des lois en vigueur, contrairement aux allégations de mes détracteurs politiques", souligne-t-il. Et pour cause, bon nombre d’associations avaient entamé une vaste campagne de dénigrement contre le maire de Salé, afin de l’obliger à abandonner son projet. C’est aujourd’hui peine perdue. La société anonyme "temps Vert" a remporté l’appel d’offres réalisé en 1996 par la commune. A l’époque, Sentissi n’était pas président du conseil de la ville. Finalement, les 180 emplois déjà créés à "Temps Vert" (ce chiffre devrait atteindre 400 quand tout le projet sera opérationnel) sont sauvegardés. Sentissi et SABR Aménagement sont maintenant convaincus que ce projet sera une locomotive pour le développement socio-économique de la ville de Salé. Surtout que la mairie a mis en place un ambitieux programme de réhabilitation de la ville, lui réservant une enveloppe colossale de 2 milliards de DH.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *