Session de formation sur l’audit et le contrôle

C’est sous la présidence de Najib Zerouali, ministre chargé de la Modernisation des secteurs publics et en présence d’experts et représentants d’organismes internationaux que s’est ouverte à Rabat, lundi, la session de formation en matière d’audit et de contrôle de gestion.
L’initiative s’inscrit dans le débat général de la moralisation des services publics et concerne au premier chef les cadres et collaborateurs de l’inspection générale des ministères (IGM).
Le thème retenu pour cette session de formation, à savoir « Audit et contrôle de gestion », permet d’insuffler une nouvelle dynamique au travail de l’IGM en vue de normaliser les concepts en vigueur dans le domaine de l’inspection générale qui, a-t-il expliqué, est « un processus scientifique qui ne peut en aucun cas s’exercer de façon anarchique » et qui « nécessite une formation appropriée des cadres de l’inspection ». Le ministre a fait savoir que son département a élaboré un projet de décret portant sur la formation continue au profit des fonctionnaires et agents de l’Etat, des collectivités locales et des établissements publics.
Ce décret vise la mise en place d’une stratégie globale et d’un schéma directeur destinés à la formation continue. M. Zerouali s’est également attardé sur le rôle joué par l’Inspection générale des ministères en tant que « pilier fondamental de la moralisation de la vie publique » et non un « organe de discipline » qui s’assigne pour mission l’examen, l’enquête, l’évaluation et la concertation. Conscient de son importance dans l’action administrative, le ministère a mis au point un cadre organisationnel unifié qui détermine les mécanismes à même de dynamiser l’action des inspections générales, a dit M. Zerouali, rappelant qu’il a été procédé à l’élaboration d’un projet décret définissant les attributions et le fonctionnement des IGM dont les prérogatives seront élargies pour englober notamment les missions de contrôle, d’audit, d’examen, de recherche, d’enquête et d’évaluation des résultats.
Le ministère a par ailleurs élaboré une « Charte de bonne conduite du fonctionnaire » qui définit les responsabilités et obligations de l’administration et du fonctionnaire à l’égard du public, a rappelé M. Zerouali, indiquant que ce document a été transmis à tous les départements ministériels afin qu’il soit mis à la disposition des fonctionnaires et agents de l’Etat tenus de le signer.
De son côté, le président du Conseil constitutionnel, M. Abdelaziz Benjelloun, a fait un exposé sur le thème « Regard sur le contrôle de l’administration publique » et dans lequel il a relevé l’existence de plusieurs types de contrôle selon la nature des domaines et des secteurs objet d’inspection.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *