Sial Canada 2016: Agroalimentaire : Le «made in Maroc» en vitrine à Montréal

Les exportateurs marocains sont à l’assaut du marché nord-américain au Salon international de l’alimentation du Canada depuis mercredi dernier. Diversification des marchés et renforcement de l’offre marocaine sur la place sont les obje ctifs de cette participation.

Couscous, câpres, olives, huile d’argan, safran, huile d’olive… les produits marocains de niche sont exposés depuis mercredi dernier à Montréal au Salon international de l’alimentation du Canada (SIAL) qui se clôture ce vendredi. Ce sont une quinzaine d’entreprises marocaines qui ont fait le déplacement pour participer à cette rencontre d’envergure.

Sur les lieux, la participation marocaine initiée par le ministère de l’agriculture, via l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), s’est traduite par un pavillon de 186 m2 aux couleurs et design du Maroc. Un espace très convivial et très animé dès le premier jour de l’événement à travers notamment un espace cooking pour faire goûter aux visiteurs la cuisine marocaine accompagnée de notre traditionnel thé marocain. Dans quelques stands du pavillon, des produits sont aussi proposés pour la dégustation. Dans ce marché si vaste et si lointain du Maroc, cette démarche de dégustation ne relève pas uniquement de l’hospitalité marocaine, elle est très importante sur le plan marketing pour faire connaître le produit à une clientèle qui parfois ne connaît pas du tout le Maroc et encore moins ses produits en dehors de sa clémentine.

Sial-Canada-2016-stand--pavillon-marocain-1

Réda Tahiri, patron de la société l’Oléastre, pour avoir organisé de nombreuses dégustations de son huile d’olive dans des épiceries fines au Québec, sait bien que c’est une approche incontournable pour pénétrer le marché canadien. C’est donc avec passion et éloquence qu’il explique aux visiteurs les qualités sensorielles et chimiques de son huile d’olive positionnée dans le segment premium et commercialisée sous la marque Oléalys. Référencée dans le guide international «Flos Olei», de Marco Oreggia, recensant les 300 meilleures huiles à l’échelle internationale, le produit est connu au Canada. Il a décroché en 2014 à Montréal au concours international l’Olive d’Or le prix coup de cœur.
Aujourd’hui, ce sont 30% de la production de l’entreprise à travers des milliers de bouteilles de la marque Oléalys qui sont exportés vers le Canada, précise Réda Tahiri.

Qualifiant l’Amérique du Nord de marché de défi, le professionnel se positionne sur le marché canadien à travers également une autre gamme de produits tels que le safran, les olives et les mini-poivrons rouges. Outre l’huile d’olive, le couscous était aussi en force au Sial Canada 2016. Tria, Dari, Kayna, tous les fabricants marocains de pâtes alimentaires se sont donné rendez-vous au Sial. Pour eux c’est un marché qui est en demande et à fort pouvoir d’achat.
Il est donc important de se positionner sur la place face à la concurrence en la matière. Dans cette niche au Canada, le Groupe Zinda, dirigé par Majid Jamaleddine, dont la famille au Maroc est propriétaire du Groupe Tria, réussit bien. Depuis quinze ans, cette compagnie canadienne est le seul fabricant du couscous au Canada.

Aujourd’hui, elle continue de diversifier son offre à travers des couscous aux différentes saveurs et couleurs. Forcément cet investissement au Canada suscite la demande en faveur du produit et facilite l’introduction sur le marché des fabricants marocains en la matière.
Aux côtés des pâtes alimentaires, le pavillon marocain est aussi, lors de ce rendez-vous international, l’occasion pour les distributeurs locaux de produits marocains de prospecter de nouveaux clients. Yassir Bacheikh, directeur général de Fady Foods, a ainsi saisi l’opportunité du Sial pour exposer toute la gamme de produits marocains qu’il commercialise déjà sur le marché canadien. Confiture Aicha, thé souiri, épices et thé de Dar Choumicha…, une manière aussi de montrer aux Canadiens que le Maroc ce n’est pas que de la clémentine. Reste aujourd’hui à encore maintenir le cap sur l’Amérique du Nord pour consolider les acquis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *