Situation du marché du travail : Près de 50.000 chômeurs supplémentaires à fin septembre 2012

Situation du marché du travail : Près de 50.000 chômeurs supplémentaires à fin septembre 2012

Le Maroc n’arrive toujours pas à absorber l’accroissement de l’effectif des personnes actives au troisième trimestre de l’année. Le nombre des chômeurs a augmenté de 50.000 personnes (45.000 en milieu urbain et 5.000 en milieu rural), souligne le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans sa dernière note d’information relative à la situation du marché du travail au troisième trimestre de l’année 2012. En effet, la population active en chômage s’est accrue de 4,7% au niveau national, passant ainsi à 1.099.000 chômeurs au même trimestre de l’année 2012.
Au milieu urbain, le taux de chômage a grimpé de 0,5 point se situant à fin septembre à 14%. En revanche, le taux de chômage en milieu rural est passé de 4,1  à 4,2%  au troisième trimestre de l’année en cours. «Avec une hausse de 2,8 points (de 32,4  à 35,2%) ce sont les jeunes citadins de 15 à 24 ans qui ont connu la plus forte hausse du taux de chômage», indique le Haut-Commissariat au Plan. Dans le même sens, le HCP fait savoir que «27,9%  des chômeurs se sont retrouvés dans cette situation suite à l’arrêt de l’activité de leur établissement ou au licenciement, 22,1% suite à l’obtention d’un diplôme et 15,4%  suite à l’arrêt des études sans avoir de diplôme». Et de souligner que «le taux de chômage a enregistré des baisses au niveau de certaines catégories d’actifs notamment les femmes (-1,2 point dans les villes et -0,8 point dans les campagnes)». Pour sa part, le taux de sous-emploi a enregistré une baisse de 1,3 point passant de 10,3  à 9%  au cours de ladite période. Il est donc passé de 8,9  à 8,4%  dans les villes et de 11,6  à 9,6%  dans les campagnes. Par ailleurs, 95.000 postes rémunérés ont été créés entre le troisième trimestre de l’année 2011 et la même période de 2012. «Ceci résulte de la création de 40.000 postes en milieu urbain et 55.000 postes en milieu rural», relève-t-on de la note du HCP. En contrepartie, l’emploi non rémunéré a enregistré une baisse de 51.000 postes en zones rurales et une hausse de 12.000 postes en zones urbaines, soit au total 39.000 postes d’emploi perdus. En ce qui concerne les créations nettes d’emploi par secteur d’activité économique et milieu de résidence, le HCP fait ressortir dans sa note une hausse de 3%  du volume d’emploi du secteur «des services» en milieu urbain. Ainsi près de 101.000 postes d’emploi ont été créés dans ce sens en ville, contre 30.000 postes créés dans le secteur de l’agriculture, forêt et pêche». En revanche, «le HCP indique que l’industrie et l’artisanat ont perdu 48.000 emplois sur la période. Le BTP a, pour sa part, perdu 25.000 postes contre 6.000 postes perdus dans les activités mal désignées. Notons que le milieu rural a connu, pour sa part, la création de 4.000 nouveaux postes. Ces derniers résultent de la création de 23.000 emplois dans les services, 7.000 postes dans l’ «industrie y compris l’artisanat» ainsi que d’une perte de 15.000 emplois dans le BTP et 11.000 postes dans l’agriculture, forêt et pêche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *