SM Mohammed VI, homme de l’année économique

Le Maroc et la France ont procédé, samedi 19 mars 2005 à Rabat, en marge de l’ouverture des rencontres de la francophonie économique, à la signature d’un procès-verbal d’entente sur les modalités de coopération dans les domaines de développement du secteur commercial. Initiée par le Forum francophone des affaires (FFA) sous le thème "Investir au Maroc", l’édition 2005 a décerné le Prix "homme de l’année économique francophone " à SM le Roi Mohammed VI en raison des nombreuses réformes initiées au Maroc par le Souverain.
Dans une allocution à cette occasion, le Premier ministre Driss Jettou a exprimé "l’immense fierté  du gouvernement du Royaume du Maroc et celle de l’ensemble du peuple marocain,  pour le choix, par le Forum francophone des affaires, de Sa  Majesté le Roi  Mohammed VI comme homme de l’année économique francophone et du Maroc, comme  pays de l’année. "Je voudrais, au nom du gouvernement de Sa Majesté le Roi, vous exprimer  toute notre reconnaissance pour cette distinction pour notre pays », a déclaré Driss Jettou.
Le Premier ministre a souligné que parallèlement aux progrès considérables réalisés, en l’espace de quelques années, sur le terrain des libertés publiques, de la démocratie, de la promotion des droits de la femme, de la justice et des droits de l’Homme, le Maroc a engagé de grandes transformations de son économie en vue d’accélérer l’intégration du pays dans un vaste espace de libre-échange et au-delà, dans la globalisation du marché".
Et d’assurer que le gouvernement poursuit avec la même détermination le processus de privatisation, de démonopolisation et d’ouverture à la concurrence de nouveaux secteurs économiques dans divers domaines, et notamment ceux des télécommunications, de la production et de la distribution de l’électricité et des hydrocarbures, du transport aérien et maritime ou de la gestion aéroportuaire et portuaire. Abordant les mesures entreprises pour encourager les investissements dans le Royaume, le Premier ministre a souligné que le gouvernement accorde une place centrale à l’amélioration constante et renouvelée de l’environnement de l’entreprise et des affaires, à la facilitation de l’acte d’investir en vue d’offrir aux investisseurs des conditions plus compétitives en termes d’environnement institutionnel, juridique et d’avantages comparatifs. Dans ce sens, a-t-il rappelé, le Maroc "s’est doté notamment d’une législation du travail récente et moderne, conforme aux meilleurs standards".
Et d’ajouter que "le gouvernement s’emploie à éliminer toutes les entraves bureaucratiques, à simplifier les procédures et les circuits administratifs, particulièrement ceux liés à l’acte d’investissement, et surtout à assurer l’investisseur de toutes les facilitations permettant d’accélérer l’aboutissement des projets, et ce, à travers notamment un réseau de guichets dédiés à l’investissement, ouverts dans les Centres régionaux d’investissement, et du développement de l’administration électronique et des services en ligne".
Intervenant pour sa part, Christian Jacob, ministre français des Petites et Moyennes entreprises, du commerce, de l’Artisanat, des Professions libérales et de la Consommation s’est dit content d’assister à ces rencontres du Forum francophone des affaires qui récompense une entreprise francophone pour son activité exemplaire en terme de développement économique, mais aussi d’engagement de promotion des relations commerciales en langue française.
M. Jacob a fait savoir que l’intensité des relations commerciales, industrielles, financières et des actions de coopération entre les administrations de la France et du Maroc ne se dément pas dans l’année qui s’est écoulée et se confirme pour les années à venir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *