Sodea-Sogeta : des partages fermes

Sodea-Sogeta : des partages fermes

Jeudi 8 septembre après-midi s’est tenue une réunion de la Commission interministérielle chargé des terres Sodea-Sogeta. Présidée par le Premier ministre en présence de responsables du ministère de l’Agriculture, des Pêches maritimes et du Développement rural ainsi que celui des Finances, elle a connu la présentation des résultats finaux de l’appel d’offres lancé il y a une année concernant la cession des terres Sodea-Sogeta. En tout, seuls 44.000 des 54.791 hectares proposés pour la location, ont intéressé les investisseurs qui ont déposé 174 projets. Et ce alors qu’au début, ils étaient quelque 630 personnes morales et physiques et groupements qui se sont intéressés aux terres de la Sodea-Sogeta et de la SNDE (Société nationale de développement de l’élevage). Tous voulaient bénéficier de cette opération de partenariat public-privé, que l’Etat a lancée autour des terres de son domaine privé et qui portent sur 205 projets. 86% des 174 projets choisis concernent des nationaux, alors que la part des étrangers a été de l’ordre de 14 %. En tête arrivent les Espagnols qui ont été nombreux à montrer leur intérêt pour ces terres, et ce malgré une présence fort importante des projets français lors des soumissions. Pour ce qui est des filiales, les terres d’agrumes arrivent en tête des fermes convoitées avec un total de 6000 hectares, suivies de près par l’olivier qui totalise une superficie de 5500 hectares.
Les terres de vigne arrivent en troisième position avec près de 3250 hectares qui vont être cédés à des investisseurs privés. Aux quatrième et cinquième positions de ce podium des filières les plis prisées par les investisseurs arrivent le maraîchage et les terres forestières avec 2600 hectares qui vont être cédés. Concernant les fermes appartenant à la SNDE, les soumissions ont également été importantes.
Et c’est ainsi que 30 projets d’élevage bovin et 31 projets concernant l’élevage ovins. Outre la cession des terres, ce projet partenariat public-privé s’assigne cinq objectifs principaux. Il s’agit d’assurer une meilleure valorisation du patrimoine foncier géré par la Sodea et la Sogeta, de permettre la mobilisation de capitaux privés nationaux et étrangers, de contribuer à la mise à niveau des principales filières agricoles (agrumes, vigne, olivier…), de favoriser la création de complexes agro-industriels, de sauvegarder les emplois existant et d’en créer d’autres. Il est à signaler que sur les 54.791 hectares de terres proposés dans le cadre de cette opération de cession, 53 % sont directement gérés par la Sodea (Société de développement agricole) alors que le reste est partagé entre la Sogeta (Société de gestion des terres agricoles), la SNDE (Société nationale de développement de l’élevage) et l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV). Ces terres couvrent 10 régions économiques du pays et concernent 23 provinces et préfectures.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *