Sofac Crédit en perte de vitesse

La société de bourse Wafa Bourse prévoit que la tendance baissière des résultats de Sofac sera identique pour les années 2003 et 2004. «Nous nous attendons à des résultats déficitaires de -44,5 MDH et -43,5 MDH pour 2003 et 2004 respectivement», laissent entendre les analystes. Il en résulte une nouvelle érosion de la marge d’intérêt liée à l’effort de compétitivité. Cette dernière suppose l’augmentation de la part du segment des fonctionnaires très convoité.Sans oublier que la tendance baissière du TEG (taux effectif global) est aussi prévisible. D’ailleurs les semestriels de la société sont en phase avec les prévisions des analystes. Même si la production a atteint un niveau de 338 millions de DH, en légère augmentation par rapport au premier semestre de l’année 2002. « L’effort commercial a porté plus particulièrement sur les crédits personnels, se traduisant par une hausse de la production sur ce créneau de 12 %. Il en a résulté une progression de 2 % de l’encours brut clients qui s’établit à 1950 millions de dirhams», précise le communiqué de Sofac Crédit. Ainsi, le produit net bancaire affiche un recul de 15 % dû essentiellement à la baise du TEG. «Poursuivant l’effort de provisionnement en vue de la mise en conformité avec la nouvelle réglementation de Bank Al Maghrib, la dotation nette aux provisions s’établit à 54 millions de DH portant l’encours de provisions à 444 millions de DH à fin juin 2003» ajoute le communiqué. La prise de contrôle de Sofac par la CDG, estiment les analystes de Wafa bourse, s’est traduite par une implication directe dans la gestion, à savoir la nomination d’un nouveau DG en juin 2003 et le lancement d’une mission d’audit, dont les conclusions sont de nature à aider à la définition des actions de redressement qui s’imposent. En parallèle, Sofac s’est engagée dans la diversification des produits visant notamment le développement du crédit personnel, qui est porteur de fortes potentialités, de meilleures marges et présente un risque moindre, après s’être longtemps cantonnée dans le crédit automobile, Toutefois, la société souffre toujours d’une assise financière fragile par rapport au secteur. Elle devrait déployer davantage d’efforts de provisionnement durant les deux prochaines années. « Deux exercices consécutifs de déficit, lequel est appelé à s’amplifier pour les deux prochaines années», estime Wafa Bourse. En plus, le coefficient d’exploitation reste anormalement élevé alors que le titre présente de faibles niveaux de liquidité. Dans ce sens, le Conseil d’administration avait décidé de renforcer les fonds propres de la société en procédant à une augmentation de capital en numéraire de 100 millions de DH. En attendant, dans la mesure où la société devrait afficher des résultats déficitaires pour les deux prochaines années, l’évaluation de la société selon les critères des multiples boursiers demeure très peu significative. «Eu égard à sa faible liquidité et ses perspectives de croissance peu prometteuses, nous maintenons notre recommandation d’alléger le titre», recommande Wafa Bourse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *