Sogatour définitivement au vert en 2004

Sogatour définitivement au vert en 2004

C’était mardi 15 mars 2005 que Sogatour a tenu son Conseil d’administration, sous la présidence du directeur général de la CDG,  Mustapha Bakkoury, par ailleurs président du Conseil d’administration de Sogatour.  Ce fut l’occasion pour les membres du Conseil, composé entre autres, d’Abdesselam Aboudrar, secrétaire général de la CDG, Ahmed Darouich, directeur général de CDG Développement, Mohammed Bastos, pésident d’Al Kora , de prendre connaissance de l’évolution des résultats de l’entreprise lors de l’exercice 2004, présentés par Samir Kheldouni Sahraoui, administrateur-directeur général en présence du Cabinet Price Waterhouse, commissaire aux comptes de Sogatour.
A l’issue de cette année 2004, dont Samir Kheldouni. Sahraoui  rappelle que le niveau de nuitées enregistrées  globalement au Maroc fut en dessous du niveau de l’année 2000, Sogatour, Société générale d’aménagement touristique, filiale de la Caisse de Dépôt et de Gestion, a  renoué avec les bénéfices.
En effet, l’équipe actuelle de cette filiale de la CDG, a réussi, en l’espace de deux exercices, à redresser une situation délicate, puisque Sogatour qui avait enregistré un déficit net de 26 MDHS à l’issue de l’exercice 2002, a clôturé 2004 avec un bénéfice net de plus de 5 millions de dirhams.
Sur les méthodes qui ont permis à l’entreprise de renouer avec l’équilibre, puis avec la croissance, l’équipe de Sogatour a dû, selon ses responsables, actionner simultanément plusieurs chantiers des plus sensibles et des plus vitaux. Sur le plan commercial, dira Samir Kheldouni,  « nous avons dû opter pour un parti pris stratégique, à savoir,  cibler en priorité le marché national et le marché des RME ».
Il faut rappeler à ce titre que le parc hôtelier que Sogatour gère pour le compte de son actionnaire la CDG, est actuellement de 2000 lits, hors Club Med et Issil, et se compose des hôtels Jnan Palace à Fès, Moulay Yacoub, Sidi Harazem, Le Rif  à Nador, Ouzoud à Béni Mellal, le Zat à Ouarazazate, ainsi que l’hôtel N’Fis à Marrakech placé sous enseigne Méridien et le Resort du Royal Golf El Jadida, placé sous enseigne Sofitel.
Consciente que les répercussions du 11 Septembre 2001 risquaient de perdurer longtemps, et d’altérer durablement la qualité, « et non forcément la quantité», dira M. Sahraoui, des flux de touristes étrangers vers le Maroc, et partant également du constat d’hétérogénéité du parc hôtelier de la Chaîne, dont certaines unités, notamment à Nador, dans la Région de Fès et de Béni Mellal, ne se situent pas a priori dans des zones à forte fréquentation touristique, il allait de soi pour la nouvelle équipe que le marché national ainsi que le marché des Marocains résidents à l’étranger, représentaient la cible alternative par excellence sur laquelle il convenait de miser de manière durable et soutenue.
C’est ainsi que Sogatour a consacré une enveloppe de l’ordre de 2 M DHS entre 2003 et 2004 pour la promotion de la chaîne auprès du marché national et du marché MRE, à travers la presse, la radio, ainsi qu’un certain nombre d’opérations de relations publiques, notamment menées en partenariat avec la Comanav. «Il était important pour nous, de véhiculer une  image agréable et conviviale de nos hôtels, d’autant que nos unités ont été entièrement rénovées», a en outre déclaré Samir Kh .Sahraoui
Le marché international ne fut pas en reste, puisque Sogatour a mis en place une véritable équipe commerciale décidée et motivée, tant au niveau de son siège qu’au niveau de ses hôtels, qui, en 24 mois, ont passé plus de 400 contrats commerciaux avec de nouveaux prescripteurs étrangers, de même que l’entreprise a développé et entretenu ses relations commerciales avec les Tour opérateurs européens, notamment à travers une présence effective et des stands personnalisés aux principaux salons internationaux en collaboration avec l’ONMT, dont le Fitur de Madrid, le BIT de Milan, le World Travel Market de Londres, l’ITB de Berlin ou encore le ATM de Dubaï.
De la politique des prix, il aura également été question lors de ce Conseil d’administration, lors duquel Samir Kheldouni Sahraoui a insisté sur le fait que « toute la difficulté de l’exercice pour une chaîne hôtelière désireuse de se maintenir actuellement sur le marché, consiste en un positionnement prix qui permette à la fois la couverture des charges et le profit, tout en résistant à la tendance dangereusement baissière des prix, voire à la braderie, observée sur le marché des 4 et 5 étoiles du Maroc depuis quelques années ».
Mais le redressement qu’a pu connaître Sogatour en deux exercices n’est pas le fruit de la seule politique commerciale de l’entreprise. « Il a fallu très sérieusement reprendre en main la barre, a déclaré Samir Kheldouni Sahraoui, afin d’orienter et de maintenir l’entreprise sur le bon cap. Cela est passé, indubitablement, par un assainissement en profondeur des principaux paramètres de gestion de l’entreprise, dont la Ressource Humaine constitue le principal fondement, selon Samir Kheldouni Sahraoui.
A ce titre, le directeur général de Sogatour s’est déclaré extrêmement fier de l’ équipe qu’il a constituée autour de lui au siège de l’entreprise, qu’il s’agisse des équipes en charge du commercial, du contrôle de gestion, ou du financier, de l’administration ou encore des études et de la stratégie. Sogatour aura bouclé l’exercice 2004 avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 160 MDHS, hors Club Med Smir et hors Club Issil pour un résultat consolidé de 22.3 MDHS, en croissance de 209% par rapport à l’année 2003.
S’agissant du résultat net après loyer et IS, et pour le même périmètre, Sogatour a clôturé 2004 avec un bénéfice net de plus de 5 MDHS, ce qui a incité le Conseil d’administration de proposer, pour la prochaine Assemblée Générale, la distribution de 3 MDHS de dividendes.
Ce résultat positif a par ailleurs permis à Sogatour d’inscrire à nouveau sa situation nette dans une logique de reconstitution de son capital.
Autre source de fierté pour l’équipe dirigeante de Sogatour, ces deux années 2003 et 2004 ont vu un grand chantier d’apurement et d’assainissement des comptes de la société, ce qui a permis de constater, à l’issue du Conseil d’administration de la société, une certification sans réserve des comptes par le commissariat aux comptes.
Pour ce qui est des perspectives de l’année en cours, Sogatour semble résolue à persévérer dans  l’effort de consolidation, et a présenté un budget 2005 ambitieux, avec une croissance envisagée de 10 % de son chiffre d’affaires, et de 60% de son résultat net par rapport à 2004.
Interrogé sur les suites réservées au projet de fusion entre Sogatour et la filiale de Royal Air Maroc, Sotoram, Samir Kheldouni Sahraoui a déclaré que ce process de rapprochement qui était en cours depuis plus d’une année, n’a jamais freiné ni détourné l’attention de l’équipe dirigeante de l’objectif principal, à savoir l’assainissement et la croissance de Sogatour à proprement parler, ce qui a précisément permis les résultats de l’exercice 2004.
Quant à l’aboutissement du projet de fusion, Samir Kheldouni Sahraoui déclare qu’il s’agit-là d’une décision d’ordre stratégique dont l’issue reste du domaine des actionnaires respectifs de Sogatour et Sotoram, à savoir la CDG et la RAM.  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *