Son 1er conseil d’administration vient de se tenir: Une stratégie étalée jusqu’à 2019 pour l’observatoire des TPME

Son 1er conseil d’administration vient de se tenir: Une stratégie étalée jusqu’à 2019  pour l’observatoire des TPME

L’observatoire marocain des toutes petites, petites et moyennes entreprises (OMTPME) a mis du temps pour voir le jour.

Abdellatif Jouahri le reconnaît en justifiant ce retard. «C’est pour faire aboutir les efforts destinés à accomplir le travail entamé depuis 2013», enchaîne, lundi à Rabat, le wali de Bank Al-Maghrib et président du conseil d’administration de l’OMTPME lors d’un point de presse ayant suivi le 1er conseil d’administration de l’observatoire.

Préparatifs

«Nous avons commencé, en 2007, 2011 et 2014 par des tournées et rencontres avec les TPME, soit 2.000 et 3.000 entreprises soutenues par la CGEM», remonte M. Jouahri en détaillant les doléances exprimées par ces structures financières. «Les problèmes d’accès au financement s’estompent. Mais parfois, les recommandations concernent la réactivité et la multiplication des garanties» précise-t-il en rappelant une mesure entreprise en 2009. «Nous avons ouvert le crédit de bureau pour mettre en place des dossiers de solvabilité avant d’octroyer les crédits», poursuit-il en expliquant que la mesure est destinée à apprécier la prise de risque et les garanties demandées par les banques. «La banque centrale a exigé un dossier d’information pour faire converger les informations», abonde-t-il dans le même sens. «Nous avons commencé à aller plus loin dans l’information qualitative. D’où la mise en place de l’observatoire», ajoute le wali de Bank Al-Maghrib et président du conseil d’administration de l’OMTPME.

Base de données

Selon M. Jouahri, cet observatoire est destiné à assurer la disponibilité d’informations autour des entreprises. «Des études peuvent être menées concernant le délai de paiement», avance-t-il en remontant à 2013, année du lancement dudit observatoire et en rappelant le travail de benchmarking et l’adaptation au contexte marocain. «Le travail a notamment été mené dans le sens de la disponibilité et la fiabilité des données», précise-t-il en donnant des bribes de l’ordre du jour du conseil d’administration. «Le conseil vient de valider tout ce travail ainsi que la mise en place de la stratégie de l’observatoire jusqu’à 2019», détaille M. Jouahri en s’exprimant sur la nature de cette structure et son management. «Nous sommes organisés en association à but non lucratif comme nous sommes en train de finaliser le recrutement d’un directeur exécutif. Pour l’heure, 18 candidatures ont été reçues», poursuit-il en sollicitant la collaboration d’autres départements à l’instar de celui de l’emploi.

L’apport de l’OMTPME

«L’observatoire peut apporter sa contribution à la régionalisation», estime le wali de Bank Al-Maghrib et président du conseil d’administration de l’OMTPME en précisant, par l’occasion, la mise en place du budget déjà acté selon lui. Pour l’heure, le budget de fonctionnement est, selon ses propos, fixé à 6 millions DH.
Ceci étant, le conseil d’administration, comprenant une représentation du chef de gouvernement, tiendra deux réunions par an pour témoigner des progrès. Le tout étant pour une opérationnalisation le plus rapidement possible de cet observatoire voulu, par ses initiateurs, indépendant, transparent, objectif et représentatif.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *