Souss-Massa : Bientôt la 2ème phase du centre d’incubation d’entreprises innovantes

Souss-Massa : Bientôt la 2ème phase du centre d’incubation d’entreprises innovantes

Il s’inscrit dans la philosophie du Plan Maroc Vert

Le Complexe horticole d’Agadir (CHA), relevant de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, vient de lancer un appel d’offres pour la construction d’un centre d’incubation d’entreprises innovantes au complexe horticole d’Agadir (2ème tranche). Cette structure ambitionne de contribuer à la consolidation du tissu entrepreneurial existant, à l’accroissement de la productivité dans la région du Souss-Massa, au renforcement des liens recherche & développement et à la protection des ressources naturelles et agricoles de la région. L’ouverture des offres de prix pour les travaux de construction de cette deuxième tranche est prévue le 15 septembre dans les locaux du complexe.

L’estimation des coûts des prestations est fixée à plus de 22 millions de dirhams. Cet incubateur d’entreprises innovantes sous formes de GIP (Groupement d’intérêt public), dont la première phase a été lancée en 2015, cible annuellement une vingtaine de bénéficiaires, composés de doctorants, de parrainés de la profession et de lauréats des instituts et écoles d’enseignement agricole. Ceux-ci profitent du parrainage et accompagnement par un comité de pilotage et d’orientation stratégique, un deuxième dédié à l’accompagnement personnalisé et un troisième comité de gestion et suivi.

Les incubés suivent un processus d’accompagnement étalé sur cinq ans, dont 4 ans durant la phase post-incubation. Ce projet a pour vocation de contribuer à la création de quelque 176 entreprises durant la période 2015-2025, et met en place des mesures encourageant la genèse d’entreprises dans les domaines liés à l’agriculture, l’agroalimentaire, les équipements agricoles, élevage et autres.

Cet incubateur qui s’inscrit dans la philosophie du Plan Maroc Vert démontre l’engagement de l’IAV Hassan II d’Agadir de contribuer à la création de richesses et d’emplois. Ce dernier permettra d’accroître la productivité, d’établir et de renforcer le pont entre le domaine de la recherche et le développement économique ainsi que la protection des ressources naturelles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *