Souss-Massa-Drâa: Focus sur la préservation des ressources hydriques

Souss-Massa-Drâa: Focus sur la préservation des ressources hydriques

Le point a été fait sur la situation des ressources en eau au niveau de la région du Souss-Massa-Drâa. Aussi, un bilan exhaustif a dressé la liste des défis à relever pour faire face à la rareté de l’eau dans la région.

C’est ce qui se dégage de la deuxième session du conseil d’administration de l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa-Drâa au titre de l’année 2013 qui s’est tenue, mardi 21 janvier à Agadir, sous la présidence de la ministre déléguée auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’eau, Charafat Afilal.

C’est ainsi qu’à l’ouverture de cette réunion, le wali de la région du Souss-Massa-Drâa, Mohamed El Yazid Zellou, a présenté un diagnostic de la situation des ressources en eau au niveau de la région et a évoqué un certain nombre de défis à relever pour faire face à la rareté de l’eau.

Pour sa part, la ministre a mis l’accent sur le rôle important qui échoit aux agences des bassins hydrauliques, en tant que mécanismes institutionnels chargés de la gestion des ressources en eau, dans le cadre d’une démarche participative et intégrée. Elle a également annoncé que les services de son département se penchent actuellement sur l’élaboration du Plan national de l’eau qui constitue une référence fondamentale d’une politique intégrée en la matière tenant compte des aspirations et attentes de l’ensemble des intervenants et acteurs concernés par la question de l’eau et, comme prévu, ce plan sera présenté bientôt aux travaux de la 10ème session du Conseil supérieur de l’eau et du climat, a-t-elle précisé.

Aussi, saisissant cette occasion, Mme Afilal a souligné que l’Agence du bassin hydraulique du Souss-Massa-Drâa constitue un modèle à suivre à l’échelle nationale, relevant la contribution de cette Agence à l’exécution de projets typiques et pionniers dans les domaines de l’assainissement liquide, la valorisation et l’économie de l’eau, la collecte des eaux de pluie et du captage des eaux de brouillard.

Par ailleurs, cette réunion a été marquée par l’adoption du procès-verbal du dernier conseil d’administration, tenu en juillet à Ouarzazate, ainsi que par la présentation du bilan provisoire de l’exécution du budget de l’Agence au titre de l’année 2013, du projet du budget et du programme d’action pour l’année 2014, outre un exposé sur la situation hydrologique et des délibérations des membres du CA.

À noter que les différentes interventions des membres du CA ont mis l’accent sur les multiples défis qu’affronte la région du Souss Massa-Drâa, notamment ceux liés à la surexploitation des ressources en eau dans un contexte de rareté et de sécheresse aggravée par le développement des superficies d’irrigation privées.

La région est confrontée, en plus de la raréfaction des ressources en eau, de la répartition inégale dans l’espace et dans le temps et de la pollution, à d’autres contraintes pour le développement durable des ressources en eau, notamment celles des inondations et de l’érosion.

S’agissant des perspectives, il a été annoncé qu’en 2030, les besoins en eau potable et industrielle de ce bassin atteindraient 250 millions de m3, soit une augmentation globale de 108% par rapport à l’état actuel, alors que la demande en eau d’irrigation passerait de 1.724 millions de m3 à 1.555 millions, soit une réduction de 10% due principalement aux opérations de l’économie de l’eau dans ce secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *