Souss-Massa : L’ANDA veut valoriser le potentiel aquacole

Souss-Massa : L’ANDA veut valoriser le potentiel aquacole

L’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) organisera le 12 février une journée portes ouvertes à Agadir adressée aux investisseurs souhaitant intégrer ce secteur d’activité qui offre un potentiel important au niveau de la région du Souss-Massa. Cette journée qui se tiendra au siège du Conseil régional vient suite au lancement des deux appels à manifestation d’intérêt en date du 27 décembre dernier pour le développement de projets aquacoles dans la région du Souss-Massa et lors de laquelle l’ANDA et ses partenaires ambitionnent d’apporter un éclairage sur les opportunités d’investissement en aquaculture dans cette région et de mettre en lumière les atouts de son climat d’affaires qui est largement favorable au développement de ce secteur d’avenir.

En effet, la région se positionne comme une plate-forme compétitive d’accueil aux investisseurs. Elle dispose d’une infrastructure assurant des liens d’interconnexion diversifiés et permettant d’accompagner l’essor économique et la compétitivité de cette destination. La région assure un potentiel conséquent pour le développement aquacole : des sites appropriés, des températures permettant des croissances élevées et des eaux de bonne qualité. De plus, la région possède un réseau de métiers de pêche ancré et de compétences confirmées qui permettent d’agir aux différents niveaux des filières aquacoles.

La zone délimitée entre Imessouane et Sidi Ifni est dotée d’importantes potentialités pour le développement durable de l’aquaculture. Cette partie «Atlantique Centre» d’une longueur côtière de 320 km recèle de nombreux atouts, notamment un écosystème marin à forte production primaire favorisé par le système des remontées des eaux riches en sels nutritifs (upwelling), et un important marché pour les produits de la mer. D’ailleurs, vu sa vocation et son importante activité touristique, cette zone peut constituer un important débouché pour les produits aquacoles. En outre, ce marché potentiel est appelé à se développer suite à la création du pôle de compétitivité des produits de la mer d’Agadir et des infrastructures portuaires pouvant représenter des ports d’attache des futurs projets aquacoles. En effet, en plus des deux ports d’Agadir et de Sidi Ifni, la zone est dotée d’un village de pêcheurs à Imessouane et de plusieurs points de débarquements aménagés à Imi Ouadar, Taghazout, Tifnit et Aglou.

Toutes ces structures constituent des atouts considérables pour le décollage du secteur aquacole marocain. Quant à l’industrie de valorisation des produits halieutiques, elle est considérée comme un véritable levier de compétitivité, et c’est la raison pour laquelle une plate-forme industrielle moderne qui répond aux standards internationaux appelée «Pôle de compétitivité Agadir Haliopôle» a été créée pour identifier, accompagner et faire instruire les projets de R&D dans le domaine de la pêche et de la transformation des produits de la mer.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *