S&P met en avant la forte stabilité politique du Maroc

S&P met en avant la forte stabilité politique du Maroc

Standard & Poor’s, agence de notation internationale, vient d’évaluer positivement le Maroc. En effet, le Royaume vient de décrocher une nouvelle place au sein du classement de l’agence. Désormais, c’est dans la catégorie «Investment grade» que se place le Maroc. Aussi, dans un communiqué de presse rendu public mardi 23 mars, le ministère de l’Économie et des Finances se félicite de ce saut qualitatif qui vient acter les réformes entreprises par le Maroc et la stabilité du cadre macroéconomique de notre pays. Standard & Poor’s a, ainsi, rehaussé la note du crédit souverain de la dette à long terme en devises de «BB+» à «BBB-» (selon leur barème de notation) et de la dette en monnaie locale à long terme de «BBB» à «BBB+» avec des perspectives stables. Parallèlement, Standard & Poor’s a relevé la note à court terme en devises de «B» à «A3» et la note à court terme en monnaie locale de «A3» à «A2». Et c’est justement ce saut qualitatif qui a fait passer le Maroc à la catégorie «Investment grade». Par ailleurs, selon Standard & Poor’s, ce rehaussement de la qualité du crédit du Royaume reflète la forte stabilité politique dont jouit le pays et l’engagement des autorités marocaines à aller de l’avant dans leur programme de réformes. Aussi selon le communique de presse du ministère de l’Économie et des Finances, Standard & Poor’s a également souligné l’effort considérable déployé en matière de réduction du fardeau de la dette publique au cours de la dernière décennie, conférant ainsi au Maroc plus de flexibilité dans sa politique économique. Et d’ajouter, selon la même source, que cela a été réalisé grâce à un assainissement budgétaire continu dans un environnement international défavorable où le Maroc a pu maintenir une croissance positive. Grâce à un programme de réformes et de modernisation ambitieux, les autorités marocaines sont déterminées, selon Standard & Poor’s, à relever le défi de la lutte contre la pauvreté et l’analphabétisme. Ces réformes sont de nature à accroître la compétitivité de l’économie, stimuler la croissance économique et permettre au pays de bénéficier d’une plus grande ouverture internationale, a ajouté Standard & Poor’s, rapporte le communiqué. Par ailleurs, il est à rappeler que Standard & Poor’s (S&P) est une filiale de McGraw-hill qui publie des analyses financières sur des actions et des obligations. C’est une des trois principales sociétés de notation financière, avec ses concurrents Moody’s et Fitch Ratings. Elle est connue sur le marché américain pour son indice boursier S&P 500, pour son pendant australien, le S&P 200, ainsi que pour l’équivalent canadien, le S&P TSX. Aussi, Standard & Poor’s publie 48 fois par an une lettre d’information hebdomadaire d’analyse du marché boursier. Intitulée The Outlook, littéralement «Perspectives», elle est disponible aux abonnés en édition papier et électronique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *