«Start-up of the Year Africa» : Un Marocain parmi les gagnants

«Start-up of the Year Africa» : Un Marocain parmi les gagnants

«Ravi de revenir au Maroc pour cette deuxième édition. Il s’agit là d’un rêve qui se réalise, celui de donner de la visibilité aux start-up africaines dans cet événement mondial. Ce rêve a commencé il y a un peu plus d’un an, quand la COP22 a été annoncée», explique Kossi Adzo.

L’innovation made in Africa est récompensée pour la deuxième fois à Casablanca. L’identité des lauréats de la deuxième édition casablancaise du prix «Start-up of the Year Africa» a été révélée en grande pompe jeudi 25 janvier à Casablanca. Une édition qui a enregistré la participation de 600 start-up provenant de 52 pays différents, départagées par 12.000 votes en ligne d’internautes.
«Ravi de revenir au Maroc pour cette deuxième édition. Il s’agit là d’un rêve qui se réalise, celui de donner de la visibilité aux start-up africaines dans cet événement mondial. Ce rêve a commencé il y a un peu plus d’un an, quand la COP22 a été annoncée», nous explique Kossi Adzo, fondateur de Startup.info et créateur de «Start-up of the Year Africa». Pourtant avant de voir son idée prendre vie, Kossi Adzo a rencontré un problème. «C’était compliqué pour une petite start-up comme nous, d’engager autant de moyen sur ce projet donc il fallait trouver un partenaire fort. Nous avons cherché sur tout le continent africain, et le premier qui nous a répondu positivement et très rapidement, c’est l’OCP», poursuit-il.

Cette édition a été organisée, bien évidemment, avec le soutien d’OCP, mais aussi Engie, Qwant, Holmarcom Group, Royal Air Maroc, Growth Expert ainsi que 70 partenaires médias et écosystème. Après délibération, la cuvée 2018 de l’événement se compose de la start-up kényane HydroIQ, qui a reçu le Grand prix de la start-up africaine. Fondée par le tandem Brian Bosire et Victor Shikoli, l’entreprise a développé un objet connecté permettant de gérer les réseaux hydrauliques à distance. Une solution qui permet la détection automatique de fuite sur le réseau, ce qui permet d’affiner la facturation de ménages via une application mobile. Un jeune marocain a su tirer son épingle du jeu et a reçu le prix Qwant Public Choice.

Du haut de ses 25 ans, Youness Ouazri est ingénieur d’état en génie civil, fondateur et gérant d’Ecodôme Maroc, une entreprise d’exécution de locaux écotouristiques et de maisons secondaires à base de terre naturelle sous forme de dôme. «L’idée derrière Ecodôme est d’essayer de trouver une alternative à tout ce qui est habitat insalubre, tout en proposant un produit qui est moins cher, écologique et qui est facilement réalisable en un temps réduit. L’idée nous est venue en nous inspirant des travaux d’un architecte qui a développé une technique de construction qui s’appelle super adobe qui puise dans les ressources naturelles de la terre. Cette technique présente beaucoup d’avantage par rapport à ce qui existe sur le marché. En utilisant le superadobe, la structure s’adapte d’une manière très naturelle aux conditions climatiques. La forme de dôme en elle-même représente 2 avantages, le premier est son attractivité. Le deuxième est sa résistance à tout ce qui est secousse sismique», nous explique le jeune gagnant.
La start-up ivoirienne Grace Agricole a remporté de son côté le prix OCP Agritech. Fondée par Brou Kouame Yves Laurent, cette entreprise vise à améliorer la production de riz en Côte d’Ivoire via un programme de production, de certification et de diffusion de semences améliorées et certifiées de riz.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *