Statut d’autoentrepreneur : Plus de 40.000 demandes d’inscription

Statut d’autoentrepreneur : Plus de 40.000 demandes d’inscription

Ils étaient nombreux à souscrire à ce régime

Plus de 40.110 demandes d’inscription au statut d’autoentrepreneur ont été recensées au premier décembre 2016. Ce chiffre dépasse largement les attentes,  voire le double de l’objectif fixé pour la première année de la mise en place du régime lancé en septembre 2015. «Le statut comble visiblement un manque pour l’entrepreneur indépendant qui se voit désormais offrir les conditions idoines pour déployer ses activités», fait savoir dans ce sens le ministère de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique. Le ministère de tutelle explique cet engouement par la souplesse et les avantages nombreux qu’offre le régime, notamment en termes de simplicité administrative. En dressant un tableau des autoentrepreneurs inscrits au  statut, 85% d’entre eux exercent leurs activités de manière permanente.

Près de la moitié des inscrits travaillent à domicile.  Par répartition géographique, les inscriptions concernent l’ensemble du territoire national. Toutefois, 50% des souscripteurs sont installés dans les régions de Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra. Par secteur, le commerce arrive en tête, soit 45% des souscriptions. Les services se placent au deuxième rang (27% des souscriptions), suivis de l’industrie (24%) et l’artisanat (4%).  Adopté en novembre 2013, le statut d’autoentrepreneur est venu répondre aux besoins de la nouvelle économie collaborative. Il offre en effet des commodités aux start-up marocaines et étrangères pour l’exercice de leurs activités. «Le statut permet aux personnes optant pour l’indépendance de sortir d’une précarité administrative permanente et de bénéficier d’une meilleure perception dans la société en tant que travailleurs indépendants légaux», indique le département de l’industrie et du commerce.

De nombreuses facilités sont introduites dans ce sens. Le souscripteur a ainsi la possibilité d’exercer son activité à domicile au lieu de disposer d’un local professionnel pour créer une entreprise. L’autoentrepreneur ayant souscrit au régime peut également ouvrir des comptes bancaires et accéder également à des crédits similaires à ceux octroyés à la Très petite entreprise (TPE). «Le schéma de gouvernance adopté pour la mise en œuvre du statut a été décisive dans le succès qu’il enregistre. L’ancrage régional fort du réseau d’agences de Barid Al Maghib, ainsi que celui des 6 autres banques impliquées dans la mise en œuvre du statut contribueront à l’avenir à atteindre la frange de population visée qui est très hétérogène et répartie sur l’ensemble du territoire», explique le ministère. Et de préciser que «le réseau bancaire totalise plus de 3.800 agences équipées pour être l’interface de dépôt des dossiers d’enregistrement et de remise des cartes d’autoentrepreneurs».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *