Stratégie nationale de développement durable 2016-2030: Un plan permettant de gagner 4 points du PIB

Stratégie nationale de développement durable 2016-2030: Un plan permettant de gagner  4 points du PIB

Le financement semble constituer le pilier important de la stratégie nationale de développement durable 2016-2030 détaillée, mardi à Rabat, par Hakima El Haité au cours du 8ème Conseil de l’environnement. Lors de la présentation de cette mouture, la ministre chargée de l’environnement, rappelant entre autres l’approbation en 2015 de l’agenda pour le financement des pays en voie de développement, précise qu’il ressort de «cette stratégie, présentée aux partenaires, des programmes dont ceux relatifs au financement». Aussi, ce financement est prévu dans l’accord de Paris issu de la COP21 incitant les pays participants à élaborer des programmes destinés à cet effet. Par l’occasion, Mme El Haité a toujours plaidé pour la soumission de dossiers bancables pour bénéficier de ce financement. Outre celui-ci, la stratégie se distingue par 4 axes principaux.

Axes de taille

Il s’agit de l’intégration du développement durable dans les politiques sectorielles, l’intégration de l’économie verte dans le système économique, la concordance de la stratégie avec celles sectorielles outre le caractère structurel du climat. Aussi, la stratégie nationale de développement durable se décline en 7 enjeux, 32 recommandations et 132 feuilles de route.

Objectifs en chiffres

Cette stratégie va s’étaler jusqu’à 2030 en tenant compte de l’agenda de développement 2030. «Cette stratégie nous coûtera 2% du PIB et nous permettra de gagner 6%, soit 4 points du PIB, voire 2% en compétitivité avec le secteur privé», enchaîne Mme El Haité à propos des données chiffrées en précisant que cette mouture contribuera à la création de 25.000 opportunités d’emploi à l’horizon 2030. Ces opportunités seront créées de par des partenariats avec le secteur privé et d’autres départements ministériels, notamment l’agriculture.

Mise en œuvre de la stratégie

La concrétisation de cette mouture, dont la préparation a été entamée en 2013, est prévue en 2017 après validation en 2016 sachant que 75% des mesures supplémentaires de cette stratégie ne nécessitent pas de budget.

Deux événements : L’un dans l’autre

Le 8ème Conseil national de l’environnement était marqué par la remise du Prix Hassan II pour l’environnement au titre de 2015. L’objectif étant, selon Ahmed Nejmeddine, président du comité chargé de cette consécration, «d’encourager les œuvres et initiatives destinées à contribuer à la protection de l’environnement».
L’intervenant ne manque pas de rappeler l’amendement du texte juridique régissant ledit Prix en prévoyant 5 domaines pour y prétendre, à savoir les médias, la recherche scientifique, le tissu associatif, les collectivités territoriales et les entreprises, voire en augmentant sa valeur à 450.000 DH.
Pour rappel, ce sont 5 journalistes, dans la catégorie médias, qui ont remporté ex aequo ce Prix remis à quelques gagnants par le ministre de la communication, Mustapha El Khalfi, présent à l’événement marqué par l’absence du chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane qui devait y prendre part.
Les autres catégories ont été remportées par deux gagnants, dans chacune d’elles, qui se sont vues décerner ce prix ex aequo.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *