Stratégie nationale d’inclusion financière : Les grandes lignes dévoilées par Mohamed Benchaaboun

Stratégie nationale d’inclusion financière : Les grandes lignes dévoilées par Mohamed Benchaaboun

La mise en œuvre de cette stratégie est tributaire de la mise en place d’une gouvernance propre à elle. Cette dernière devrait inclure la création d’un Conseil national de l’inclusion financière chargé d’étudier et d’adopter le projet de la stratégie, ainsi que d’assurer le suivi de l’application des différentes procédures.

Accélération du développement de modèles alternatifs et développement du rôle des institutions de microfinance et de l’assurance inclusive… il s’agit là des principaux axes de la stratégie nationale d’inclusion financière. Les grandes lignes de cette feuille de route ont été mises en exergue par Mohamed Benchaaboun, ministre de l’économie et des finances, lors de son exposé présenté jeudi lors du Conseil de gouvernement. Cette stratégie qui repose sur des résultats d’un diagnostic approfondi et de concertations entre les différents intervenants, s’appuie également sur l’encouragement des modèles classiques.

Se référant au ministre de l’économie et des finances, l’objectif de cette démarque est «d’augmenter l’inclusion financière en assurant les conditions appropriées à même d’accélérer l’accès à divers services bancaires et le renforcement des outils de gestion des risques pour les catégories vulnérables, en développant un cadre et des outils facilitant l’accès des petites entreprises et des particuliers au financement». Et de poursuivre qu’«il est également question d’assurer les conditions nécessaires pour utiliser davantage les produits financiers, en renforçant l’éducation financière et en numérisant davantage le paiement pour ancrer la culture de l’inclusion financière chez les ménages».

La mise en œuvre de cette stratégie est tributaire de la mise en place d’une gouvernance propre à elle. Cette dernière devrait inclure la création d’un Conseil national de l’inclusion financière chargé d’étudier et d’adopter le projet de la stratégie, ainsi que d’assurer le suivi de l’application des différentes procédures. Il est à noter que Mohamed Benchaaboun a rappelé lors de son exposé l’intérêt porté par le gouvernement marocain aux réformes du secteur financier et bancaire. Un secteur qui joue un grand rôle dans la mobilisation des ressources et le financement de diverses activités économiques.  Le ministre a par ailleurs énuméré les différentes actions engagées par le gouvernement en vue d’améliorer l’accès aux services financiers. Il est question de l’amélioration de l’accès aux services bancaires, la poursuite du développement du secteur de la microfinance ainsi que le renforcement de l’accès des PME et des familles à faible revenu au financement. Malgré les efforts déployés, le pays reste confronté à de nombreux défis, notamment en ce qui concerne le niveau d’accès aux services financiers pour certaines catégories particulièrement dans le monde rural. C’est dans cette perspective qu’il a été décidé de mettre en place une stratégie nationale d’inclusion financière, et ce à travers une approche participative visant à coordonner les mesures et à définir les priorités, les rôles et les responsabilités des différents intervenants, et ainsi, renforcer l’inclusion financière et en faire un facteur d’efficacité économique et d’équité sociale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *