Suisse : la récession de 2009 a été plus forte que prévu

Suisse : la récession de 2009 a été plus forte que prévu

Le produit intérieur brut (PIB) réel a reculé de 1,9% en 2009 par rapport à 2008, une première estimation situait la diminution à 1, 5 %, indique l’Office fédéral de la statistique (OFS). En chiffres absolus, le PIB helvétique s’est monté à 521,1 milliards de francs, contre 542 milliards plus tôt, précise la même source rappelant qu’il avait enregistré des hausses de 1,9 % en 2008 et de 3,6 % en 2007 et 2006. Selon l’OFS, les années de contraction sont rares ces 40 dernières années, ajoutant que la dernière remonte à 2003, où le PIB avait diminué de 0,2 %. En 1975, il avait chuté de 6,7% sous l’effet du premier choc pétrolier. Entre la mi-2008 et la mi-2009, la Suisse a subi quatre trimestres de régression du PIB, ce qui a entraîné une récession à la suite de la crise économique et financière mondiale. La correction de 0,4 point apportée dans les comptes nationaux 2009 de l’OFS vient affiner le taux de -1,5 % publié par le secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO), mais elle ne change pas les explications du phénomène. La croissance des dépenses des ménages et autres institutions assimilées (+1 %), qui constituent 65 % du PIB, a permis de contenir l’impact de la crise économique sur la richesse nationale. De même pour le secteur de la construction (+3,3 %), dont l’activité a profité du niveau historiquement bas des taux d’intérêt. Ces deux composantes exceptées, l’économie suisse a subi de plein fouet le ralentissement de l’économie mondiale, à commencer par le moteur traditionnel de la croissance, le secteur exportateur . Les industries des machines et des biens d’équipement, du textile et de l’habillement, ont bu la tasse, tout comme l’horlogerie, troisième force d’exportation après la pharma-chimie et les machines, avec des livraisons à l’étranger qui ont chuté d’un cinquième. Au final, le commerce extérieur des biens et services porte les traces des difficultés de l’industrie, les exportations ayant diminué de 8,7 % et les importations de 5,4 %. Selon les analystes, ce n’est qu’au début de 2010 que l’économie suisse a connu une relance qui ne se consolidera qu’à partir de l’année prochaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *