Suisse : les PME perdent confiance dans la mondialisation

Suisse : les PME perdent confiance dans la mondialisation

Sept pour cent des petites et moyennes entreprises (PME) helvétiques sondées par Credit Suisse, l’une des plus importantes banques du monde, n’ont pas confiance en la mondialisation alors qu’en 2009 une sur cinq estimait que l’ouverture du monde était une véritable chance. En 2006, Credit Suisse a entrepris un sondage des petites et moyennes entreprises helvétiques pour connaître leur degré de confiance, non pas dans des événements à court terme, mais envers les grands bouleversements structurels qui balaient la société. Depuis cette date, les 1800 PME interrogées témoignent des espoirs qu’elles fondent dans la société de la connaissance, les mutations technologiques, les changements de valeurs, la démographie, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée ou la mondialisation. Or, affirme Sara Carnazzi Weber, responsable de la division Economic Research pour la Suisse romande, «sur ces trois derniers points, la confiance des PME suisses a nettement baissé d’une année sur l’autre». La dernière étude de la banque, présentée à Genève, s’est concentrée tout particulièrement sur la mondialisation et les chances qu’elle offre aux entreprises helvétiques. Le verdict est sans appel, car après huit années de progression forte des exportations, les PME sondées ne misent plus, visiblement, sur la seule ouverture des frontières pour doper leurs affaires. «D’après les réponses que nous avons obtenues, les PME placent très nettement leur priorité dans la connaissance et la technologie, les progrès réalisés dans ces domaines…», fait remarquer Sara Carnazzi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *