Sukuk souverains : 1 milliard de dirhams pour la première émission

Sukuk souverains : 1 milliard de dirhams pour la première émission

Enfin une date pour l’émission des premiers sukuk. Reportée à maintes reprises, la première obligation de la finance participative aura lieu le 5 octobre prochain.

Elle portera sur un montant de 1 milliard de dirhams en interne. Il s’agira des sukuk ijara. Une révélation faite par Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, en marge de la troisième réunion du conseil de la banque centrale tenue, mardi 25 septembre, à Rabat. L’arrivée des premiers sukuk vient compléter cet écosystème en marche depuis plus d’une année. En effet, les sukuk permettront aux banques participatives de placer la liquidité, et de se refinancer auprès de la banque centrale. Ces émissions doteront les banques participatives d’un financement conforme à la charia leur permettant de lever sur le marché les fonds nécessaires à leur développement. Ces obligations sont également une opportunité pour les investisseurs conventionnels de diversifier les portefeuilles d’investissement en les dotant de structures sécurisées transparentes et conformes à la charia sous le contrôle de l’Autorité marocaine des marchés des capitaux et du Conseil supérieur des ouléma.

L’émission de sukuk souverains permettrait également aux opérateurs Takaful d’y investir une partie de leurs réserves afin d’optimiser la gestion de leur trésorerie. Toutefois, le cadre final de l’assurance Takaful n’est pas encore défini. Selon les opérateurs du secteur, les dernières touches sont apportées au texte y afférent, et ce dans l’attente de fixer une date pour le lancement officiel de ce produit. L’émission des sukuk n’est pas l’unique annonce faite par le Wali de Bank Al-Maghrib. Abdellatif Jouahri est impatient de lancer le paiement mobile interopérable. Les erreurs du passé ne se reproduiront plus. Après avoir raté le rendez-vous de 2010, l’heure est à la mise en place de ce processus qui selon le wali de Bank Al-Maghrib fait partie des piliers d’inclusion financière.

M.Jouahri indique dans ce sens que les tests sont en cours. Le démarrage est prévu les semaines prochaines avec les opérateurs qui sont d’ores et déjà prêts. S’agissant de la flexibilisation des changes, la première phase se passe plutôt bien. Abdellatif Jouahri assure que la position longue des banques est en amélioration. Il évoque dans ce sens un chiffre de l’ordre de 12 milliards de dirhams. Le wali de Bank Al-Maghrib révèle par ailleurs que les devises ne sont plus servies aux banques depuis le 20 mars. Et pour cause : Celles-ci sont suffisamment dotées en devises. Du côté des particuliers, aucun impact sur le pouvoir d’achat des Marocains n’a été observé, ce qui confirme la pertinence de cette réforme qui, selon M. Jouahri, n’a été dictée par aucun organisme international. Le démarrage de la deuxième phase est pour sa part tributaire de la mise en œuvre de réformes qui soutiendront la compétitivité du pays..

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *