Surbooking d’opérateurs marocains au Fitür

Traditionnellement inauguré par le Roi Juan Carlos, le Fitür déclinera les premières tendances du marché touristique mondial du 26 au 30 janvier courant. Un premier point après a catastrophe de l’Asie du Sud-Est, et avant les rendez-vous de Milan et de Berlin.
L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) tiendra son congrès puis dévoilera les scores réalisés par le secteur sur l’année 2004. 25e édition du genre, il se tiendra sur une superficie brute de 150 000 mètres carrés, le salon ressemble 12 000 participants. En tout, plus de 100 000 professionnels et visiteurs avec 7 674 journalistes de tous les pays. Pour cette édition, le Maroc a encore revu son niveau de participation avec un stand de 350 mètres carrés. Le style riad est reconduit pour la troisième fois, mais avec une approche nouvelle.
A l’intérieur du stand, deux salles de réunions sont attribuées à Royal Air Maroc et à l’Office National marocain du Tourisme. Les deux organismes ont co-financés l’opération. En outre, cinq espaces sont réservés aux régions du Maroc et aux Conseils régionaux du tourisme. Les villes de Fès, Agadir, Ouarzazate, Tanger, Meknès et, entre autres, Laâyoune seront présentes. Les exposants individuels qui ont déboursé environ 25 000 dirhams bénéficient de 11 espaces. Côté animation, les mêmes constances : dégustation du thé, gâteaux marocains.
Bref, le Maroc qui reçoit en moyenne 300 000 touristes espagnols par an ambitionne d’en recevoir 500 000 d’ici 2010. A signaler que 60 tour-opérateurs programment actuellement le Royaume à partir de l’Espagne. Les points forts du pays reste la proximité géograpghique. Mais l’handicap, relève une étude publiée l’année dernière par l’antenne de l’Office du Tourisme à Madrid, réside dans la faible capacité des 4 étoiles au Maroc. Le touriste espagnol est friand de cette catégorie boudée par les promoteurs marocains souvent portés sur les cinq étoiles. La question de l’aérien par contre, est en train de trouver solution avec la mise en place des partenariats et les dessertes des villes comme Fès. La demande sur le Maroc est soutenue. Air Europa qui a commencé ses dessertes le 15 janvier 2004 par deux vols par semaine a depuis doublé ses fréquences.
La ville de Marrakech vient en première position des demandes. Une tendance renforcée par la signature l’année dernière de l’accord avec la compagnie Globalia, laquelle vise un objectif de 20 000 clients sur le Maroc. Côté investissements, les accords bilatéraux signés les 8 et 9 décembre dernier à Marrakech, en marge de la huitième rencontre de haut niveau entre les deux pays peuvent jouer un rôle catalyseur.
Rappelons qu’à cette date, une ligne de crédit de 20 millions d’euros avait été dégagée pour financer l’acquisition des biens et services des marchandises d’origine espagnole par les entreprises marocaines. L’accord entre dans le cadre de la mise à niveau.
Parallèlement, un accord de 10 millions d’euros a été paraphé pour le financement des études de faisabilité des projets d’intérêts communs. Ajoutés à la ligne de crédit de 270 millions d’euros pour les crédits mixtes publics-privés, ces accords permettent de relancer les partenariats inter-entreprises.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *