Surcapacité du marché national, volatilité des prix et faible demande… Ce dont souffre Sonasid

Surcapacité du marché national, volatilité des prix et faible demande… Ce dont souffre Sonasid

L’entreprise spécialisée en sidérurgie boucle le semestre sous le signe du repli. Le résultat net ressort déficitaire à moins de 44 millions de dirhams au moment où il atteignait les 41,8 millions de dirhams à la même période de l’année passée.

Après avoir lancé un profit warning, Sonasid arrête ses comptes pour le premier semestre 2016. Comme précédemment annoncé, le bilan financier n’est pas assez bon au titre des six premiers mois de l’année. L’entreprise spécialisée en sidérurgie boucle le semestre sous le signe du repli. Le résultat net ressort déficitaire à moins de 44 millions de dirhams au moment où il atteignait les 41,8 millions de dirhams à la même période de l’année passée. 

Les chiffres arrêtés à fin juin démontrent également un chiffre d’affaires en repli. Il est passé en une année de 2,12 milliards de dirhams pour se situer autour de 1,56 milliard de dirhams au premier semestre de l’année. Ce repli est expliqué par la baisse des expéditions et du prix de vente moyen. De même, le résultat d’exploitation s’est situé en retrait à moins de 40 millions de dirhams contre 45 millions de dirhams. En commentant cette contreperformance, Sonasid souligne dans son communiqué publié sur le site de la Bourse de Casablanca que «les résultats financiers ont été affectés par un marché national en surcapacité dans un contexte de faible croissance de la demande et une forte volatilité des prix de la ferraille et de la billette». L’entreprise souligne, par ailleurs, qu’«une telle conjoncture a conduit à une nette dégradation des prix et à un important mouvement de destockage en juin 2016». En dépit des aléas du marché et la conjoncture qui plombe le secteur, Sonasid déclare avoir maintenu sa position de leader sur le marché national des produits longs.

Cette performance repose, selon l’entreprise, sur l’amélioration de sa compétitivité.

Ceci s’est fait à travers des actions de développement engagées par Sonasid dans la distribution ainsi que par la réduction significative des coûts de production de l’aciérie et de ses deux laminoirs. S’agissant des conditions de marché, Sonasid affirme qu’elles demeurent très concurrentielles. «La sidérurgie est un secteur mondialisé qui doit relever le défi de la surcapacité. Dans ce contexte, Sonasid doit continuer à développer son offre des produits et services et ses actions de rationalisation des coûts pour retrouver une rentabilité durable», conclut l’entreprise.

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *