Syrie et UE : bientôt un accord d’association

« La Syrie et l’UE sont parvenues à un accord sur toutes les questions, même politiques », a déclaré le chef des négociateurs européens Christian Leffler, de la Commission européenne. « Les résultats seront présentés aux autorités politiques pour approbation », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse. « La Syrie a adopté une attitude très positive et constructive qui permettra de développer un agenda concernant toutes les questions politiques », a-t-il dit. « Nous avons terminé les discussions techniques sur l’accord », a affirmé de son côté Toufic Ismaïl, président de l’organisme syrien pour la planification qui a conduit les négociations pour la partie syrienne. Les deux parties avaient entamé lundi cette dernière série de négociations qui ont porté notamment sur le démantèlement tarifaire concernant différents produits, les services et la propriété intellectuelle. L’UE a signé des accords d’association avec tous ses partenaires sur le pourtour méditerranéen à l’exception de la Syrie, avec laquelle elle négocie depuis 1998. Le commissaire européen aux Relations extérieures Chris Patten avait déclaré mercredi à Naples (Italie) que la signature d’un tel accord avec la Syrie, qui doit aboutir à une zone de libre échange en 2010, était « proche ». « D’importants efforts » ont été déployés pour parvenir à cet accord d’association composé de volets politique, économique, commercial, social et culturel, et qui « réalisera les intérêts communs syriens et européens d’une manière équilibrée », a poursuivi M. Ismaïl. Le responsable européen s’est dit « confiant » que la Syrie, dont l’économie est encore fortement centralisée, « introduira des réformes économiques et sociales et développera ses liens politique avec l’UE ». Il a souligné que l’accord « permettra à la Syrie d’intégrer » l’OMC. « Il faut permettre au secteur privé (syrien) de jouer un rôle efficace. L’objectif est de parvenir à la libéralisation totale de l’économie », a-t-il ajouté. Selon lui, « la Syrie a du pain sur la planche dans les prochains mois (…) pour affronter les défis du partenariat avec l’Europe et de l’intégration à l’OMC ». « Beaucoup d’efforts sont nécessaires » avant la signature de l’accord prévue dans les premiers mois de 2004, selon M. Leffler. Les négociateurs syriens et européens ont refusé de fournir de plus amples détails car selon M. Leffler, « il faut encore réviser les résultats, les formuler et obtenir l’approbation des autorités politiques ». L’accord d’association facilitera les investissements européens en Syrie qui cherche à moderniser son infrastructure et stimuler son économie. Les négociations Syrie-UE ont été accélérées après l’adoption récente par le Congrès américain de sanctions économiques et diplomatiques contre la Syrie, qu’il accuse de « soutenir le terrorisme ». Ces sanctions doivent encore être signées par le président George W. Bush pour entrer en vigueur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *