Taghazout se remet en selle

Taghazout se remet en selle

La première phase de préselection pour le site de Taghazout vient d’être bouclée. Sur les 43 candidats qui ont retiré le document de l’appel à manifestation d’intérêt,  sept ont été retenus.
Ces chefs de file sont le Français Bouygues Bâtiment International, le Fonds d’investissement américain Colony Capital LLC, jugé assez bon par une source proche du dossier, Fadesa Maroc, filiale du groupe espagnol, déjà retenue comme aménageur à Sâïdia, Satocom-Lapezan, un consortium espagnol regroupant les leaders de l’hôtellerie aux Iles Canaries, Turicomplex-Cororasa, autre consortium espagnol d’entreprises hôtelières, Ynna Holding du groupe Châabi et Maroc Hotel Villages (MHV), filiale de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG). Ce dernier présente un dossier solide avec comme partenaires, le CMKD et Attijariwafa bank. Le CMKD qui aura à faire prévaloir sa longue expérience  au Maroc, est présent dans le tourisme, l’immobilier, les finances et l’industrie. Aujourd’hui, le groupe est contrôlé par les Koweïtiens à plus de 80%.
Les ambitions du CMKD de devenir un acteur de référence dans le secteur touristique marocain sont illustrées à travers un vaste plan de rénovation des hôtels Farah à Safi, Rabat, Khourigba, Marrakech et Casablanca, dans le cadre d’un accord de protocole signé avec le ministère des Finances en octobre 2002.
Même si l’appel d’offres n’a été lancé que le 25 mai dernier, l’on peut dire que le véritable démarrage du processus a commencé véritablement le 17 mai, lors de la journée d’information.
La présentation faite par le ministère du Tourisme et la Sonaba à un panel d’investisseurs nationaux et  internationaux, doublée d’une forte campagne de communication dans les journaux comme Financial Times et The Expansion, a été déterminante, de l’avis de ceux qui sont en charge du dossier.
Contacté à ce propos, le directeur de la Société nationale d’aménagement de la baie d’Agadir, Mohamed Marwan, pense que c’est le fruit d’une longue préparation. La démarche adoptée est donc la bonne.
Pour le reste, les groupements présélectionnés doivent retirer le dossier de réglementation de la consultation finale, d’ici la fin de ce mois. Les candidats auront par la suite cinq mois pour peaufiner leur offre.
Les soumissionnaires déposeront un projet complet de développement de la station comprenant notamment le type de clientèle ciblée, les plans d’aménagement de l’ensemble de la station, les projections financières et les documents d’urbanisme détaillés de la première phase de la station, permettant d’obtenir l’autorisation d’entamer les travaux. Les documents à remettre par les soumissionnaires ont été arrêtés de façon à raccourcir significativement le délai entre la clôture de la soumission et le début des travaux, précise le ministère de tutelle.
Soucieux de mener les choses à bien, ce département observe un silence sur les modalités et les critères de choix qui seront privilégiés.
Mais en se basant sur les informations et les débats qui étaient à l’ordre du jour, l’on peut avancer que le prix du mètre carré sera cédé à l’aménageur entre 7 et 22 dirhams afin que l’Etat, le concepteur et le promoteur y trouvent leur compte. Dans cette optique, le mètre carré sera vraisemblablement cédé à 850 dirhams. Une réduction est envisagée.
D’après des promoteurs, cette réduction serait de250 dirhams. Assez tôt pour confirmer, argue-t-on au ministère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *