Tahaddart : Priorité au gaz

«Il s’agit de la construction d’une centrale à cycle combiné, qui utilisera un combustible nouveau dans notre pays, soit le gaz naturel soit en donnant la priorité au gaz de redevance issu du gazoduc Maghreb-Maroc». C’est en ces termes que s’est exprimé le Premier ministre, M. Abderhamane Youssoufi, lors de la signature du contrat pour la construction de la centrale de Tahaddart. Ces conventions posent Siemens comme adjudicataire définitif et fixent la société projet». De droit marocain, cette dernière est chargée du financement, de la réalisation et de l’exploitation de la centrale. Le montant global de ce projet est de 250 millions de dollars, soit 2, 750 milliards de DH. La somme se répartit autour de trois principaux concessionnaires. L’ONE (Office National de l’Electricité) participe à hauteur de 48 % dans le capital de cette structure. Par ailleurs, le financement se réalisera à un taux de participation d’Endesa à 32 % et de Siemens à 20 %. Toutefois, les apports en capital sont de 25 % de l’enveloppe globale et de 75 % à travers un emprunt. Ceci étant pour la répartition financière, dont le montage financier définitif est prévu pour le mois de septembre de l’année prochaine. La mise en service de la centrale débutera, deux ans plus tard, soit au mois d’octobre 2004. Le contrat de réservation de la turbine à gaz entre les trois concessionnaires engage l’ONE et Endesa à finaliser le financement avant la fin de septembre 2002. A ce titre, la société de projet versera 4,5 millions d’euros, soit près de 40,5 millions de DH, comme droit de réservation de la turbine à gaz. Quant au troisième opérateur, il est tenu de mettre en service la centrale à cycle combiné avant la date fatidique de la mise en exploitation. Elle est fixée à 25 mois à partir de la clôture du montage financier. Les pouvoirs publics ont pris leurs précautions, aussi par accord direct avec le constructeur, en cas de défaillance, l’ONE pourra se substituer à l’entrepreneur dans ses droits et ses obligations. Encore plus, en cas de résiliation du contrat d’exploitation et de maintenance, le constructeur s’engage à assurer la maintenance lourde de la centrale à cycle combiné. Cette prérogative s’établit sur la base du contrat initial de maintenance lourde, contracté entre l’entrepreneur et le constructeur. Pour l’heure, une convention globale fixe les droits et obligations de chacun des intervenants, jusqu’à la clôture du montage financier. Siemens remettra une caution de 50 millions de DH comme garantie au titre de ses engagements. Le 28 novembre 2001 verra la ratification de la convention globale dans sa version définitive.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *