Tamwil El Fellah, un modèle à dupliquer à l’échelle continentale

Tamwil El Fellah,  un modèle à dupliquer  à l’échelle continentale

Crédit Agricole du Maroc débat de l’adaptation de l’agriculture en Afrique

Agriculture, Afrique et Adaptation sont des éléments qui n’ont jamais été bien pris en considération par le financement climat. C’est suite à ce constat et après un diagnostic du continent africain que le Maroc a dédié à l’Afrique une initiative visant à adapter l’agriculture aux changements climatiques.

Cette initiative qui découle des engagements pris en marge de la COP21 place le financement en première ligne. «Aujourd’hui l’adaptation ne détient que 20% du financement climat. L’agriculture et l’Afrique reçoivent pour leur part moins de 4%. Ceci démontre le besoin énorme à combler au niveau d’un continent qui subit plus qu’il en cause.  Il faut absolument qu’il y ait une justice climatique et que l’Afrique puisse en bénéficier», explique à ALM Mohamed El Badraoui, directeur de l’Institut national des recherche agricoles. L’initiative Adaptation de l’Agriculture en Afrique (AAA) a pour objectif d’atteindre une parité au niveau du financement entre l’atténuation, en l’occurrence la réduction de gaz à effet de serre, et l’adaptation. Aléas climatiques, volatilité des prix, risques liés à la commercialisation des produits, autant de risques qui affectent le secteur de l’agriculture. Certaines régions du continent affichent pour leur part une réelle résistance au crédit. La question du financement de l’adaptation de l’agriculture en Afrique a fait objet d’un side-event organisé par le Groupe Crédit Agricole du Maroc. Cette rencontre a permis de mettre en exergue le produit Tamwil El Fellah. De nombreux intervenants sont venus de différents horizons découvrir ce produit lancé en 2010 par Crédit Agricole du Maroc. Selon Abdelali Regag, directeur général de Tamwil Al Fellah, «ce produit visant à accompagner les petits agriculteurs n’ayant pas d’accès au financement bancaire traditionnel, est un modèle innovant de financement qui peut être dupliqué en Afrique car il répond aux problématiques spécifiques de l’adaptation de l’agriculture du continent». Selon les représentants du Crédit Agricole du Maroc,  6.000 projets en irrigation, 3.000 dans le pompage solaire et 11.000 projets de plantation ont trouvé financement auprès de ce mécanisme.

100 projets ont été financés dans le cadre du Plan Maroc Vert et plus de 68.000 agriculteurs financés sont installés dans des zones marginales. Le montant débloqué via Tamwil El Fellah atteint à ce jour 1,54 milliard DH. L’objectif à terme est de financer 250.000 petits agriculteurs pour un encours de 3,3 milliards DH.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *