Tanger attire toujours les grands paquebots de croisière

Tanger attire toujours les grands paquebots de croisière

La perle du Nord continue de prendre le pas sur elle-même en termes de croisières. Avant même les premières mises en service officielles du projet de marina (qui s’inscrivent dans l’ambitieux programme de reconversion de l’ancienne zone portuaire Tanger-ville), la destination tangéroise continue, depuis quelques mois, d’accueillir les plus grands paquebots de croisière au niveau international. Parmi lesquels figure le Norwegian Epic qui a entamé, dès décembre 2015, ses escales au port de Tanger-ville.

Selon les dernières statistiques communiquées, quelque 18 bateaux de croisière, considérés parmi les grands au monde, ont mis pendant la période de janvier-juillet le cap sur le port Tanger-ville avec à bord un total de plus de 68.000 croisiéristes. Le Norwegian Epic, qui est un géant des mers de 310 mètres de long pour une capacité de 4.100 croisiéristes, a pu, au cours de cette période, effectuer six voyages. La plus importante compagnie de bateaux de croisière d’Europe (Costa Croisières) croit dur comme fer en l’avenir de la destination en lui consacrant deux grands navires, dont celui de Costa Magica qui a fait quelque dix escales à Tanger. Alors que Costa Mediterranea, propriété de la même compagnie, a effectué, au cours de cette période, trois voyages dans cette destination.

Il est à préciser que par son positionnement stratégique entre la Méditerranée et l’Atlantique, Tanger continue, grâce aussi au passage de ces grands paquebots, de diversifier ses marchés à travers le monde. Concernant l’ensemble des 18 bateaux de croisière, ceux-ci ont réussi à ramener à leur bord quelque 68.100 croisiéristes de différentes nationalités (en l’occurrence de l’Allemagne, les Etats-Unis, l’Espagne, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni) pour mettre le cap sur la ville. Durant leur passage à Tanger, ces croisiéristes ont eu droit, chaque fois, à titre d’exemple, à des visites guidées à d’autres destinations touristiques avoisinantes comme Tétouan, Chefchaouen et Asilah, mais aussi à leurs arrière-pays respectifs.

Ce secteur, qui est en développement constant et en se basant sur le fait que chaque croisiériste dépense, durant chaque escale, 100 dollars en moyenne, est d’un apport non négligeable aux autres activités clés de l’économie locale telles que l’artisanat et le transport, mais sans oublier les frais d’accostage assurés par les différentes compagnies de croisière de passage dans la ville. Il est à rappeler que le port Tanger-ville, dont la mise en service effective de la première extension du quai (adossé à la jetée principale) s’est déroulée début 2014, permet de placer Tanger à côté d’Agadir et derrière Casablanca. La ville du détroit est destinée, grâce au même projet de reconversion de l’ancienne zone portuaire Tanger-ville, à rejoindre la cour des grandes destinations en termes de croisières, et ce avec l’accueil de quelque 300.000 croisiéristes en 2020 et de 750.000 en 2025.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *