Tanger : Les opportunités des ports de plaisance méditerranéennes mises en avant

Tanger : Les opportunités des ports de plaisance méditerranéennes mises en avant

Le Maroc dispose de 7 marinas opérationnelles disposant  d’infrastructures hôtelières/résidentielles intégrées, et plusieurs bassins de plaisance, totalisant plus de 4.000 anneaux et répartis sur les deux façades méditerranéenne et atlantique.

Le Maroc qui dispose d’un fort potentiel de développement des activités de plaisance et du tourisme balnéaire est déterminé, d’une part, à conforter et promouvoir la plaisance au niveau national et d’autre part, à contribuer à son développement dans le bassin méditerranéen. C’est ce qu’a affirmé le ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, lors de la séance d’ouverture des Journées internationales sur les ports de plaisance méditerranéennes organisées les 26 et 27 octobre, à Tanger.

«Avec ses 3.500 km de côtes, le Maroc dispose de 7 marinas opérationnelles disposant d’infrastructures hôtelières/résidentielles intégrées, et plusieurs bassins de plaisance, totalisant plus de 4.000 anneaux et répartis sur les deux façades méditerranéenne et atlantique», a rappelé M. Amara.

La situation géographique favorable, les attraits touristiques du pays, la proximité de grands bassins de plaisance sont, selon le ministre, autant d’atouts qui permettront au Royaume de mieux se positionner par la mise en place de stratégies fortes et volontaristes aussi bien touristiques que portuaires. «La stratégie nationale portuaire à l’horizon 2030, élaborée en synergie avec la vision touristique 2020, prévoit le développement de la plaisance grâce notamment à la réalisation des infrastructures portuaires de qualité et l’amélioration de leur connectivité, terrestre et aérienne», poursuit M. Amara.

Les pays de la Méditerranée sont appelés à œuvrer ensemble et à renforcer l’esprit de complémentarité entre leurs ports de plaisance, afin de faire face aux nouvelles exigences de qualité de service, de sécurité et de développement durable. «De plus, le projet de loi n°101.13 relatif à la navigation de plaisance qui a été mis dans le circuit de validation et d’adoption dans l’objectif de fixer les conditions dans lesquelles la navigation de plaisance doit être pratiquée, les règles de sécurité qui lui sont appliquées ainsi que les obligations et responsabilités des utilisateurs des navires de plaisance, des engins nautiques à moteur et des engins de plage, est un pas dans le renforcement du cadre réglementaire relatif à l’exercice de cette activité», a dit M. Amara.

Le ministre a souligné par la suite l’importance de la valeur patrimoniale et historique des phares ainsi que leur rôle primordial dans la sécurité de la navigation maritime. «C’est pourquoi le Maroc accorde une importance capitale à leur renforcement et à la gestion de l’information nautique s’y rapportant», a souligné M. Amara, tout en faisant part du lancement officiel d’une application baptisée «Infomer», dont l’objectif principal est de moderniser et automatiser la gestion de l’information nautique et la diffusion des avis aux navigateurs et de mettre à la disposition de la communauté maritime une information nautique fiable et en temps opportun.

De son côté, Lamia Boutaleb, secrétaire d’Etat chargée du tourisme, a fait part d’un marché mature au nord disposant de grandes infrastructures portuaires de plaisance avec plus de 60% de la capacité en anneaux de la mer Méditerranée, dont 83% des places sont concentrées en France, en Espagne et en Italie. La rive Sud, quant à elle, connaît, selon cette responsable, une activité de plaisance assez modeste et d’une taille très réduite, concentrée principalement au niveau de la Tunisie et du Maroc. «Cette situation des ports de plaisance sur la rive nord de la Méditerranée nous pousse aujourd’hui à réfléchir à l’instauration d’un équilibre avec une redistribution profitant aux deux rives de la Méditerranée», a-t-elle précisé.

Les intervenants ont convenu que le Maroc dispose de tous les atouts nécessaires pour une attractivité de plaisance durable, destinée non seulement aux touristes et plaisanciers étrangers, mais également tournée vers les Marocains qui sont de plus en plus passionnés par les activités et loisirs nautiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *