Téléphonie fixe : Les Egyptiens investissent l’Algérie

Trois ans après l’ouverture du marché de la téléphonie mobile, la téléphonie fixe s’ouvre à la concurrence en Algérie. Le consortium Télécom Egypte-Orascom Télécom Holding, avec une offre de 65 millions de dollars, a décroché la première licence privée pour l’établissement et l’exploitation d’un réseau de téléphonie fixe internationale, interurbaine et de boucle locale.
Le consortium égyptien était le seul soumissionnaire pour cette licence attribuée provisoirement par l’Autorité de régulation des postes et télécommunication (ARPT), et qui devra être confirmée par le gouvernement dans les 30 jours.
Le premier appel pour l’octroi de deux licences de téléphonie fixe, lancé en juin 2004, avait été déclaré infructueux pour offre insuffisante. Le cahier des charges avait alors été modifié pour y ajouter ce que les éventuels soumissionnaires avaient demandé, à savoir la boucle locale. Le nouvel opérateur, qui aura le statut juridique de société par actions, doit couvrir cinq wilayas (départements) par an durant les trois premières années, six la quatrième, dix la cinquième année et enfin treize la sixième année. Orascom Télécoms Holding devient le deuxième intervenant du secteur, après l’opérateur historique public Algérie Télécom, à détenir à la fois une licence de téléphonie fixe (avec Télécoms Egypte) et une licence de téléphonie mobile via Orascom Télécoms Algérie.
Dans le domaine de la téléphonie mobile, Orascom est le plus important opérateur algérien, avec plus de quatre millions d’abonnés, soit près de 80% de parts de marché. Le marché de la téléphonie fixe en Algérie, très en retard, ne représente que 2,6 millions d’abonnés pour 32 millions d’habitants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *