Tendances : Le marbre marocain en Chine

Une demi-douzaine de marbriers marocains participent au Salon international du marbre et granit «Stonetech» de Pékin, qui s’est ouvert dimanche dernier. Les professionnels marocains de la belle roche nourrissent l’espoir de s’aménager un pied à terre dans le secteur en Chine et en Asie, même si une percée dans ce vaste marché s’avère difficile, d’abord en raison des fortes capacités compétitives dont disposent les concurrents étrangers et ensuite à cause de la faiblesse des structures du secteur au Maroc.
«Stonetech» réunit quelque 200 sociétés de 39 pays, dont l’Italie, l’Espagne, l’Iran, l’Inde, l’Egypte, le Brésil, la Turquie, la Norvège, la Grèce et le Portugal, qui constituent les plus grands exportateurs de ces roches vers la Chine. Le stand marocain est supervisé par Rachid Belarbi, du Centre marocain de promotion des exportations (CMPE), qui a noté que le secteur du marbre au Maroc recèle d’importantes réserves encore sous-exploitées. La valeur de la production nationale de marbre en 2003 ne dépassait guère les 384 millions DH, alors que 70% des besoins du marché intérieur étaient importés. M. Belarbi a cependant fait part de son optimisme quant à l’avenir du secteur des exportations du marbre marocain qui ne cessent d’augmenter depuis 2000.
En 2005, cette valeur a atteint 12,5 millions de dollars, contre 8,5 millions en 2004, soit une hausse annuelle de 47%. Les principaux clients du Maroc sont la Grèce (51%), l’Italie (36%), l’Espagne (23%), le Portugal (15%) et la France (8%). M. Belarbi rappelle que les grandes réserves de marbres se situent dans les régions de Sefrou, Khénifra, Taroudant, Oued Zem, Tiflet, Benslimane, Erfoud et Tata.
Le nombre de grandes carrières de marbres est passé de 10 en 1980 à 72 en 2003, puis à une centaine en 2005. Il pense que le «Stonetech» offre aux Marocains l’occasion de prendre contact aussi bien avec les clients chinois qu’avec la clientèle potentielle dans d’autres marchés, notamment Hongkong, Singapour, l’Inde et l’Australie. Les Marocains avaient commencé à s’intéresser au marché chinois en 2000, mais leurs ventes, de l’ordre de 1,8 million DH en 2005, demeurent insignifiantes par rapport à celles d’autres pays, comme l’Egypte et l’Iran qui livrent respectivement pour 100 millions et 300 millions de dollars de marbres et pierres par an à la Chine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *