Tétouan : Le commerce local appelé à s’organiser

Tétouan : Le commerce local appelé à s’organiser

Des commerçants réglementés dénoncent le retard dans l’opération de recasement des marchands ambulants

De par sa proximité avec Sebta, haut lieu d’approvisionnement en articles de contrebande, Tétouan s’enlise devant la recrudescence constante du fléau du secteur informel. A cet effet, des commerçants réglementés et des représentants de la société civile locale ont appelé les autorités locales à réagir pour prévenir et lutter contre ce fléau, qui est à l’origine de l’occupation illégale par des marchands ambulants des espaces publics. Ils ont dénoncé le retard dans l’opération de recasement des commerçants du secteur informel à Tétouan dans de nouveaux projets de marchés de proximité, dont la plupart d’entre eux sont réalisés dans le cadre programme intégré de développement économique et urbain de la ville de Tétouan (2014-2018). L’objectif principal de la mise en service de ces structures est d’aider à l’intégration des commerçants non réglementés dans le formel. Parmi ces projets, figurent les deux marchés de proximité de Sidi Al Mandri et Jamaa Mezouak permettant à eux seuls d’accueillir respectivement plus de 1.200 et 600 commerces. D’ailleurs lors des travaux de l’assemblée générale de la Chambre de commerce, d’industrie et de services de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CCIS-TTAH), Omar Moro, qui en est le président, a fait part que le lancement de l’opération de recasement des commerçants formels et informels dans ces structures communales aura bientôt lieu à Tétouan, Tanger ainsi que dans les autres zones de la région.

Il est à rappeler que la mise en service de ces structures est très attendue par les Tétouanais. Elle permettra, en plus de l’organisation et le développement du commerce local, de dégager les espaces publics et fluidifier les grandes artères menant à des principaux points de vente tels que les deux célèbres souks Bab Nouader et d’El Gourna et d’autres sites et lieux, les plus dynamiques de la ville comme l’ancienne avenue européenne Ensanche, le Mellah ainsi que d’autres sites et lieux publics les plus fréquentés comme les places El Feddan et Ghersa El Kbira. Les marchands ambulants y vendent à titre d’exemple, en plus des fruits et légumes, d’autres produits alimentaires et cosmétiques, de la lingerie et de la lessive en provenance de Sebta.

Il est à noter que les membres de la société civile tétouanaise viennent de faire part de leur intention de mener une série de manifestations de protestation contre les différents types de squat des espaces publics, notamment par les cafés, les restaurants et les autres commerces répartis dans les quatre coins de la ville. Leur objectif principal est de faire réagir les autorités et les encourager à prendre des mesures d’urgence visant à prévenir ce fléau.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *