Tétouan s’occupe de ses marchés de proximité

Tétouan s’occupe de ses marchés de proximité

Deux nouvelles structures communales sont également en cours de construction

La colombe blanche veut mettre à niveau son commerce local. A cet effet, la mairie multiplie ses réunions avec les représentants des associations des commerçants des secteurs formel et informel en vue de débattre de la situation commerciale actuelle, mais aussi de faire le point sur l’avancement des travaux de construction de deux nouveaux marchés de proximité et de réhabilitation d’autres déjà existant dans le territoire urbain. Parmi ces rencontres, il y a lieu de citer celle réunissant, vendredi 13 janvier, le président du conseil communal, Mohamed Idaomar, avec les responsables de l’association Al Karama des œuvres sociales des commerçants et des marchands ambulants à Tétouan autour de l’opération de recensement et d’attribution des locaux aux bénéficiaires de ces projets, prévus d’être réalisés pour leur majorité dans le cadre du programme intégré de développement économique et urbain (2014-2018). «Le conseil est déterminé à côté des autres intervenants à veiller, selon une approche participative et avec transparence, à réaliser ces projets dans les plus brefs délais. Surtout que la signature des accords de partenariat a eu lieu devant

SM Mohammed VI», selon l’équipe en charge de ce dossier au sein du conseil communal, faisant remarquer que les demandes faites par les commerçants, en particulier les marchands ambulants, est de «connaître les possibilités de devenir des bénéficiaires de ces projets de marchés de proximité et les moyens à même d’améliorer les conditions des marchands ambulants dans la ville»

Il est à noter que vu la proximité de Tétouan avec Sebta, haut lieu d’approvisionnement des commerçants informels en articles de contrebande, ces projets sont d’un grand apport pour la ville, visant à dégager les espaces publics et à fluidifier les grandes artères (tels que ceux à proximité des célèbres souks de Bab Nouader et d’El Gourna ainsi que la place d’El Feddan), envahies à longueur de journée par des marchands ambulants. La ville sera, en plus de la réhabilitation et de la modernisation de deux nouveaux marchés de proximité déjà existants, dotée de deux nouveaux autres structures, bien organisées et mieux équipées (respectivement aux quartiers Khandaq Zerbouh et M’Hannech). Prévus d’être réalisés dans le cadre du grand programme intégré de développement économique et urbain, ils permettront, tous deux, d’accueillir près de 1.600 commerces. Parmi ces deux projets, le marché pilote de Sidi Al Mandri (près de 1.200 commerces), dont les travaux connaissent, au grand bonheur des futurs locataires, un net avancement. Concertant la répartition des locaux de cette structure communale, située à la proximité de la nouvelle gare routière, la priorité sera accordée aux commerçants de l’ancien souk de Sidi Talha, qui avait été démoli en 2010. Le reste de ces locaux sera réparti sur les marchands ambulants, selon les opérations de recensement effectuées par les autorités au profit des bénéficiaires de ces projets.

Il est à rappeler qu’en plus de ces projets, Tanger sera aussi dotée, dans le cadre de ce programme intégré, d’un nouveau complexe artisanal visant à regrouper et améliorer les conditions de travail des artisans de la ville.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *