Tourisme à Marrakech : Entre arrivées et recettes, les écarts persistent

Tourisme à Marrakech : Entre arrivées et recettes, les écarts persistent

La tendance touristique reste positive pour la ville de Marrakech. La croissance des arrivées cumulées sur les neuf premiers mois de l’année démontre une croissance à deux chiffres. Au total, près de 326.338 visiteurs ont choisi la ville ocre pour destination faisant grimper l’indicateur à 15 % sur la période allant de janvier à septembre 2013.

Ceci a été mis en exergue par le Conseil régional du tourisme de Marrakech lors de son dernier point d’administration. En termes de nuitées, Marrakech a réalisé un pic de 12 % sur la même période atteignant en globalité près de 3.335.845 nuitées. Ainsi , le taux d’occupation s’est élevé à 59% contre 53% observé au fil des neuf premiers mois de l’année précédente, soit une évolution de 8% en glissement annuel.

La tendance aérienne s’est également inscrite en hausse du fait de l’évolution de 12% des arrivées au niveau de l’aéroport Marrakech Menara à fin septembre. Le neuvième mois de l’année a connu en revanche la persistance de l’écart entre les arrivées et les recettes touristiques. Ces dernières se sont chiffrées à 5,2 milliards de dirhams en repli de 2 % par rapport au mois de septembre de l’année précédente. Le CRT de Marrakech attribue causes ce décalage aux tarifs des prestations hôtelières qui ont été revues à la baisse en raison de la crise économique qui sévit en Europe.

Autres paramètres qui justifient la baisse des recettes sont entre autres le déficit chronique observé au niveau des moyens destinés à la communication et à la promotion ainsi que l’offre aérienne au siège classe affaires et business class. Dans ce sens, le CRT a émis quelques propositions afin de réduire les écarts qui puissent exister entre les recettes et les arrivées. Le Conseil régional du tourisme appelle dans ce sens à appuyer quelques événements stratégiques qu’arbitera Marrakech et à renforcer le partenariat avec les compagnies aériennes régulières, établissant avec elles un plan d’actions de communication et de co-marketing. Le CRT veille par ailleurs à prioriser le développement des segments à haute contribution tel que le Golfe et le Mice et insiste sur la concertation avec les élus et les autorités afin de mettre à niveau l’aspect urbain de la ville et d’améliorer les conditions d’accueil et de séjour des touristes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *