Tourisme culturel et écologique: Chefchaouen ciblée par les opérateurs

Tourisme culturel et écologique: Chefchaouen ciblée par les opérateurs

Coup de projecteur sur le potentiel touristique de Chefchaouen. Un séminaire a été dédié à la région afin de développer le volet touristique de cette zone et mettre en relief ses atouts. Lahcen Haddad, ministre du tourisme, n’a pas manqué ce rendez-vous qui s’est tenu mercredi 6 mai et auquel ont pris part professionnels, élus, responsables institutionnels et société civile.

A l’ordre du jour de la rencontre : la sensibilisation de l’ensemble des acteurs publics et privés à la variété des ressources touristiques de la région ainsi qu’au renforcement des échanges entre les différents acteurs afin de concrétiser l’approche de développement touristique, satisfaisant ainsi les attentes des touristes nationaux et internationaux passionnés par le tourisme sportif et écologique. Les professionnels ont appelé à fédérer les actions engagées autour d’une stratégie pérenne de conversation et de valorisation culturelle.

La finalité est de faire connaître la région à travers ses produits du terroir, son artisanat, sa culture et son patrimoine. Cette rencontre s’inscrit par ailleurs dans le cadre de la vision 2020 ayant pour finalité de diversifier l’offre touristique marocaine. La vision touristique tend ainsi à créer des produits variés et des expériences authentiques conformes aux standards internationaux. L’avenir touristique du Maroc dépend également de la valorisation d’un tourisme «respectueux des identités culturelles locales et de l’environnement». La région de Chefchaouen répond à ce critère créateur de richesse et d’emplois.

A cet égard, Lahcen Haddad a procédé à la présentation des initiatives menées au niveau de la région. Selon le ministre, les actions engagées vont permettre l’émergence d’une expérience unique en matière de tourisme de culture et de nature. En vertu du contrat programme régional (CPR) pour le territoire touristique «Cap Nord», la région de chefchaouen compte développer des projets additionnels qui permettront de diversifier l’offre culturelle et de valoriser son patrimoine historique. Les projets identifiés portent, entre autres, sur la réhabilitation et la valorisation de la médina de Chefchaouen, l’aménagement de circuits d’interprétation, le développement d’hébergement en Riads dans la médina.

La feuille de route touristique de la région porte également sur l’identification d’un portefeuille de produits éco-touristiques et de stations vertes. Au programme, la création d’une station verte à Akchour, la création d’un écolodge et un gîte Panda dans l’arrière- pays. La région connaîtra également le développement d’un camping et des hébergements touristiques dans l’arrière-pays de Chefchaouen.

Les sites de Chefchaouen, combinés à ceux d’Asilah et Larache sont en passe de devenir une niche à forte valeur ajoutée concurrençant ainsi les destinations prestigieuses telles que Naples, Lisbonne, Bordeaux ou Genève. La région, telle qu’elle est imaginée par les opérateurs touristiques, offrirait un produit de nature intégré, en synergie avec les offres de Tanger et Tétouan, dans un positionnement global de culture en dilettante et nature.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *