Tourisme durable/Agadir : Le nouveau porte-drapeau du développement ?

Tourisme durable/Agadir : Le nouveau porte-drapeau  du développement ?

Pour le CRT, tous les éléments nécessaires sont d’ores et déjà présents, à commencer par le très riche patrimoine naturel de la baie d’Agadir. Détails.

Une des plus belles plages au monde, la plus grosse grotte d’Afrique, le plus haut sommet d’Afrique du Nord et des réserves de biosphères uniques et des initiatives en tourisme responsable à ne pas en finir. Ce sont là, entre autres, les arguments que met en avance le CRT d’Agadir pour positionner la région en tant que porte-drapeau du développement touristique durable au Maroc.

«A l’aube de la COP22, la région devrait l’être», note le CRT de la région. En termes d’avancements, il faut dire que les établissements et investissements d’Agadir et son arrière-pays font en continu preuve de volonté de faire asseoir cette culture de développement durable. «Plus de 20% des lauréats des Trophées nationaux de tourisme responsable ont leur siège à Agadir soit un total de 5 structures depuis la première édition des trophées en 2008, à savoir l’ONG Migrations et développement en 2008, l’écolodge Atlas Kasbah en 2009, le Club Robinson d’Agadir et Progrès Action Citoyenne en 2010 et le réseau de développement touristique Rural en 2012», précise-t-on auprès des responsables du CRT.
 

Si l’on se base sur le CRT, il s’agit là de la destination la plus primée en tourisme responsable du Royaume, devançant les provinces de Marrakech et Ouarzazate. En effet, l’ex-région Souss-Massa Drâa possède plus de la moitié des structures lauréates du pays avec 13 lauréats sur un total de 24. Au niveau urbain, c’est à Agadir que l’on retrouve le plus grand souk urbain d’Afrique et la plus grande roue du continent.

Le CRT rappelle  également que pour ce qui est des activités touristiques responsables,  la plus grande concentration de spots de surf au Maroc se trouve à Taghazout. «A tout cela s’ajoutent de nombreux loisirs de nature : cyclotourisme, randonnée pédestre, équitation, parapente, spéléologie, pêche sportive, sports nautiques de type voile ou encore la visite du premier parc à crocodiles au Maroc…», note le CRT d’Agadir.

Par ailleurs, en termes d’adaptation au changement climatique, la région avait lancé en 2011 pour la première fois au Maroc une sensibilisation du changement climatique dans le secteur du tourisme avec l’organisation de la première conférence-forum sur le tourisme et le changement climatique. Ces atouts suffiraient-ils pour que la région d’Agadir soit l’exemple à donner en termes de développements touristique durable ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *