Tourisme et fiscalité

La fiscalité a toujours alimenté des débats houleux chez les professionnels du tourisme. D’ailleurs, l’ensemble des opérateurs participants à la deuxième édition des Assises Nationales du Tourisme s’interrogeait sur cet aspect, jugée stratégique pour le dynamisme du secteur. Chaque profession a voulu défendre ses doléances. Sans entrer dans les détails, Fathallah Oulalou, ministre de l’Economie, des Finances et du Tourisme estime que d’énormes progrès ont été réalisés dans ce domaine. Et de poursuivre que l’Etat a des contraintes budgétaires, faisant ainsi allusion au lobbying exercé par l’ensemble des corps du métier. Ces propos n’ont pas pour autant calmé les esprits. Pour rectifier le tir, l’argentier du royaume souligne qu’en matière de fiscalité, les pouvoirs publics assureront un traitement personnalisé. L’objectif étant d’atténuer les effets des évènements du 11 septembre. A ce sujet, le ministre tient à faire une précision : il ne faut pas confondre entre les doléances de l’avant et de l’après 11 septembre. Concrètement, cette démarche se traduira par l’ajournement du traitement des déclarations fiscales pour les établissements qui ont subi les effets de la crise. A ce propos, il faut rappeler que pour l’année écoulée, la baisse des arrivées touristiques, toutes catégories de voyages confondues, a atteint les 23%, sans que les recettes ne reculent. Par rapport à des destinations similaires, le Maroc a bien résisté.
Même si l’optimisme est de mise, nul ne peut se prononcer sur les éventuelles retombées des événements du 11septembre sur les performances de l’année en cours. Tout dépendra en effet de la réaction des Tours Opérateurs. D’ailleurs, la stratégie de promotion de la destination Maroc cible essentiellement les marchés émetteurs traditionnels.
L’Etat veut ainsi mettre les bouchées doubles. D’où l’augmentation des budgets promotionnels. L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) qui assure à lui seul la mission de promotion de la destination investira 150 millions de DH.
La RAM contribuera elle aussi à cet effort en investissant 80 millions de DH. Parallèlement, l’ONMT cherche à consolider la politique visant la conclusion des contrats de commercialisation avec les TO. Fathia Bennis, D.G de l’ONMT en avait annoncé la couleur le jour même où l’Egypte avait déclaré sa volonté de s’allier aux tours-opérateurs pour dépasser la crise.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *